fbpx
Dossier MCE
Partager sur

Bac 2013 : cet examen qui coûte cher, trop cher

Le syndicat des proviseurs, le SNPDEN, a réalisé une estimation de ce que coûte chaque année à l’Etat la tenue du baccalauréat : l’addition, vous allez le voir, se révèle plutôt salée

MCE vous informait ici de la logistique exceptionnelle que nécessite l’organisation du bac.

On en remettait même une couche en vous parlant ici des seuls coûts annuels engendrés par la rémunération des correcteurs, quand on sait qu’environ 75 millions sont dédiés à la logistique entourant la tenue des épreuves finales.

MCE, toujours plus spectaculaire et toujours plus fort, fait maintenant place au montant total de l’organisation de l’examen national. Hé bien à en croire la dernière étude du SNPDEN, qui a été rendue publique ce lundi 10 juin 2013, les chiffres détenus aussi bien par les inspections générales que par l’Education Nationale sont bien loin du compte.

50 millions ? 100 millions ? Faux : 1,5 milliard !

En effet, alors que la Rue de Grenelle ne parle d’une cinquantaine de millions d’euros dépensés chaque année pour ce faire, et que les inspections générales avançaient il y a moins d’un an le chiffre de 90 à 100 millions d’euros, le premier syndicat des personnels d’établissements secondaires
perce tous les plafonds avec son estimation…de 1,525 milliard d’euros !

Parmi ce qu’il ne faut pas omettre d’inclure dans les dépenses imputables au baccalauréat, il y a la fameuse banalisation du mois de juin pour les autres années que les terminales. Dur d’imaginer que cette seule mesure prive de cours secondes et premières d’environ 8% du volume horaire total de leur année scolaire ! D’où l’opération « reconquête du mois de juin », initiée dès 2009 et encore poursuivie actuellement. Et même si cela n’est qu’un début, le dispositif a déjà permis de récupérer une semaine. Car c’est tout le sens de la démonstration du SNPDEN : dans l’hexagone on dénombre 1,5 million de lycéens qui coûtent 11 500 par an et par tête de pipe.

3 semaines de cours perdues et un examen qui coûte toujours plus cher à mettre en place

Rapportez ceci au total de votre nombre de semaines en cours, 36, et soustrayez les 3 semaines de cours en juin qui sont sacrifiées : vous obtenez le chiffre de 1,437 milliard d’euros environ. Le syndicat précise que même ramené sur 52 semaines, vacances scolaires incluses, le bac accuse toujours un coût atteignant le milliard d’euros annuel. En-dehors du manque à gagner du mois de juin, une autre explication permet de rendre compte de ce budget délirant : le bac a du, ces dernières années, s’adapter aux nouvelles offres de formation dont toutes celles irriguées par les nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Soit le passage d’une facture de 16 millions d’euros pour les seules filières générales – c’était il y a 5 ans seulement – à une pesant 36 millions d’euros avec l’ajout des sections professionnelles et technologiques, d’après l’inspection des finances. Il ne manquait plus que le rehaussement un peu dispendieux de l’indemnité de correction, passée de 1,32 euros par copie à 5 euros désormais, soit un bond improbable de 45,5% des dépenses couvrant la correction de l’examen entre les années 2008 et 2009, et on y était. Bacheliers 2013 : vu ce que vous coûtez, en ces temps de rigueur, on vous recommande de cartonner dès le premier coup !

T. C.

Sources : Le Monde, Le Parisien