Campus
Partager sur

Pollution marine : PlasticsEurope fait le point sur les déchets plastiques dans les océans

Pollution marine : PlasticsEurope fait le point sur les déchets plastiques dans les océans
Partage
Partager sur Facebook

PlasticsEurope a organisé jeudi 3 avril à Paris une rencontre entre deux experts pour faire le point sur les déchets plastiques dans les océans

Sur les 30 000 à 40 000 tonnes de micro-plastiques qui flottent sur l’océan mondial, les 3 quarts sont en plastiques. Pour tenter d’endiguer cette vague de pollution, PlasticsEurope, le syndicat européen des fabricants de plastique, finance GESAMP, un groupe de travail mondial où chercheurs et industriels travaillent main dans la main. A l’occasion de la semaine du développement durable, François Galgani, chercheur à l’Institut Français de Recherche pour l’Exploitation de la Mer, fait le point sur la situation.

Les déchets plastiques sont partout, et d’après Michel Loubry, directeur du syndicat PlasticsEurope pour la région ouest, notre consommation devrait encore augmenter. Plus de consommation, et donc plus de pollution. Mais si les industriels sont souvent pointés du doigt, surprise : ils sont loin d’être les principaux responsables de la présence de déchets plastiques en mer.

En cause d’abord, de petits gestes du quotidien, qui à grande échelle, peuvent avoir un impact dramatique sur la faune et la flore aquatique. Adopter les bons réflexes citoyens n’est qu’une étape. La prochaine sera la valorisation du plastique cette richesse insoupçonnée.

Pour mieux valoriser les déchets, PlasticsEurope s’est fixé un objectif : zéro gramme de plastique dans les décharges d’ici 2020. Pour cela, 2 solutions le recyclage en matière première ou bien et la valorisation énergétique, par exemple en l’utilisant comme combustible industriel. Transformer nos déchets en richesse, c’est déjà possible. Reste à le systématiser. C’est l’avenir de nos océans qui en dépend.

François Galgani et PlasticsEurope font le même constat. Ces déchets n’ont rien à faire dans les milieux aquatiques. Pour la plus grande part ils sont le résultat de comportements incivils et toutes les initiatives sont bonnes pour que ces comportements soient modifiés.

Découvrez notre dossier spécial Bac 2014

dossier bac 2014

Vidéo à ne pas manquer