fbpx
Campus
Partager sur

L’Ecole Centrale Casablanca est née

Casablanca, ville incontournable du Maroc et grande métropole mondiale, sera très prochainement dotée de sa propre Ecole Centrale, proche des standarts français. MCE-tv ouvre le champagne

La convention a été signée entre Centrale Paris et les ministères de l’Economie et des Finances, de l’Enseignement Supérieur, celui de la Formation des Cadres et de la Recherche Scientifique et de l’Industrie et enfin celui du Commerce et des Nouvelles technologies.

Un accord franco-marocain

Le coup de départ a été donné le 3 avril dernier et s’est fait sous les hospices de Geneviève Fioraso, la ministre française de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. C’est la suite logique de la ratification par l’Etat marocain d’une convention-cadre pour la création d’une grande école d’ingénieurs nationale au mois de février 2009.

Depuis, le projet dont l’avenant avait été visé à l’automne 2010 a suivi son cours et aboutit maintenant à la mise en place d’un modèle de grande école d’ingénieurs très semblable à nos propres établissements de ce type. Les grandes lignes concernant sa gouvernance, sa gestion, son offre pédagogique et les diplômes qu’elle sera en mesure de délivrer sont désormais tracées.

Vases communiquants

Les relations entre écoles d’ingénieurs hexagonales et celles du Maghreb sont au beau fixe, et ce depuis des dizaines d’années. A l’image de celles qu’entretiennent l’Ecole Centrale Paris et la communauté des centraliens marocains. De leur côté, on comptabilise aujourd’hui 312 élèves-ingénieurs français venus travailler au Maroc et pas moins de 145 de leurs homologues marocains inscrit en cycle ingé chez nous.

La grande école devrait ouvrir ses portes en 2014 et s’inscrit dans le cadre du « plan marocain pour le développement de l’industrie » débloqué par le « pacte national pour l’émergence industrielle 2009-2015 ».

T.C.

Source : Studyrama