fbpx
Campus
Partager sur

Ivy League : la célèbre fac de Yale ménage ses étudiants violeurs par souci de réputation

Ivy League : la célèbre fac de Yale ménage ses étudiants violeurs par souci de réputation
Partager sur Facebook

Jusqu’où irait-on pour garder la face ? C’est la question qu’on peut se poser à la lecture du dernier rapport du Comité sur les dérives sexuelles de l’Université de Yale ayant examiné plusieurs cas de viols en n’osant pas appeler un chat un chat

Nommes sommes dans l’une des 20 facs les plus respectées au monde, Yale, membre fondateur de l’Ivy League aux côtés de Princeton, Columbia, d’Harvard, de Cornell, de la Brown University, du Dartmouth College, et de l’Université de Pennsylvanie.

1 exclusion temporaire et de simples avertissements ont été prononcés

Le Comité en charge des moeurs de l’université américaine examinait ces derniers temps les cas de 8 auteurs présumés de viols commis sur des étudiantes au cours du premier semestre de cours. Hé bien cette assemblée spéciale chargée des moeurs, le University-Wide Committee on Sexual Misconduct – UWC de son petit nom – a récemment rendu ses conclusions. Le moins que l’on puisse dire est que le rapport minimise absolument le caractère d’agression sexuelle des faits survenus, en préférant les termes de sexe non consentant.

Mais ce qui est encore plus moche, c’est que les étudiants incriminés courent toujours sur les vertes pelouses du campus! En effet, la clémence du train de sanctions adopté a de quoi laisser pantois. Jusqu’ici, 1 seul des violeurs a été provisoirement inquiété: uniquement suspendu pour une durée de 2 semestres, il a pu ré-intégrer les bancs de l’établissement sous supervision pédagogique pour finir son cursus. Alors que 4 autres faisaient l’objet d’un simple blâme, un autre a été forcé de suivre un stage de sensibilisation comportementale.

61 cas d’agression sexuelle ou de harcèlement signalés depuis début 2013 à Yale

Sous couvert de respect de la vie privée des individus concernés, l’Université par l’entremise de cette assemblée a estimé qu’elle n’était pas en mesure d’établir de manière certaine et étendue si les circonstances associées aux agressions rapportées justifiaient des sanctions appelées de leurs voeux par les victimes.

Deux pétitions circulent en ce moment en ligne pour s’élever contre l’iniquité de ces verdicts: la première a déjà recueilli 292 signatures et la seconde 404 pour l’heure, d’après nos confrères de The Independent. Le comité s’est penché au total sur 61 affaires d’agression à caractère sexuel recensées sur le seul premier semestre 2013! Un triste record qui bat haut-la-main celui du dernier rapport en date de 2011. Yale coiffe décidément tous les podiums.

T. C.

Sources : independent.co.uk , ogdenonpolitics , melty , cotwa.info , alipac.us

Clique sur « J’aime » pour t’abonner à la page Facebook MCE