Campus
Partager sur

Une jeune fille trisomique obtient le bac avec mention

Une jeune fille trisomique obtient le bac avec mention
Partage
Partager sur Facebook

Une jeune marocaine, trisomique, décroche le diplôme du baccalauréat avec la mention Assez bien

Elle se nomme Yasine, elle est atteinte de trisomie 21. Cette jeune fille vient d’obtenir son bac avec la mention Assez bien, au Maroc. Cette réussite saura sans doute encourager les personnes personnes handicapées et leurs parents.

Une jeune fille handicapée montre que rien n’est impossible

La père de la jeune fille, Jamal Berraoui, est fière de la réussite de sa fille. C’est donc un message d’espoir que ce père souhaite véhiculer à toutes les personnes handicapées. sa fille Yasmine est atteinte de trisomie et elle vient de passer son bac dans un lycée de Casablanca. Cette dernière a su décrocher le diplôme haut la main, avec la mention Assez bien. Son père étant journaliste s’empresse de diffuser la nouvelle dans un article de blog. Celui-ci explique aux parents d’enfants touchés par cette maladie qu’avec de la volonté, il est possible d’en atténuer les effets.

Yasmine a intégré le cursus scolaire normal explique le père dans son article de blog, où elle a toujours eu des notes qui la classent parmi les bons élèves, aux alentours de 14/20 de moyenne. La jeune fille n’a jamais eu de soutien scolaire particulier. Elle a juste eu le soutien de ses parents, qui a été important pour la réussite de la jeune fille. «Contrairement à certains parents qui tentent, une fois informés du handicap de leur enfant, de le cacher des regards, nous nous sommes battus pour assurer à Yasmine une scolarité normale déclare le père.

«A coup de sessions d’éducation psychomotrice, d’appui psychologique, d’espoir et de foi, nous sommes parvenus, à atténuer l’impact de cette infirmité sur elle.

Un handicapés sui doivent souvent faire face aux inégalités

Si aujourd’hui, cette réussite est une satisfaction pour la famille de Yasmine, elle ne fait pas oublier toutes les épreuves, et le manque de soutien de l’Etat et du corps médical. Ce père souhaiterait voir se développer des structures spécialisées, pour soutenir l’enfant malade ainsi que les parents et les proches qui paient le lourd tribut de cette maladie.

Jamel Berraoui termine sur ses mots, Seul l’amour parental, le courage, l’abnégation peuvent aider ces enfants. C’est possible, vous en avez la preuve.