fbpx
Campus
Partager sur

Bizutage : 8 mois de prison avec sursis pour les 4 étudiants de Paris Dauphine

Bizutage : 8 mois de prison avec sursis pour les 4 étudiants de Paris Dauphine

Les étudiants accusés de bizutage en novembre 2011 écopent de 8 mois de prison avec sursis et une amende de 8000 euros

Les faits se sont déroulés en novembre 2011 et le verdict est tombé ce lundi 7 juillet 2014. Les quatre étudiants impliquées dans une affaire de bizutage à l’université de Paris-Dauphine ont été condamnés à huit mois de prison avec sursis. Ils devront verser 8000 euros de dommages et intérêts à la victime.

Bizutage : le verdict est tombé

Il y a quelques années déjà, un bizutage avait eu lieu au sein de l’université Paris Dauphine, entraînant l’arrestation de quatre étudiants. Ces derniers risquaient trois mois de prison avec sursis et une amende de 1 000 euros.

Lundi 7 juillet le verdict est tombé. D’après le site Libération.fr le tribunal a décidé d’augmenter la peine. Les accusés ont donc écopé de huit mois de prison avec sursis avec 8000 euros de dommages et intérêt à verser à la victime. C’est un coup dur à encaisser pour ces derniers qui étudiaient dans des grandes écoles ou universités. Les accusés ont déclaré : On n’a fait que répéter des choses qu’on avait vécues, c’était ritualisé,ça a toujours été comme ça., « On n’a jamais eu le recul suffisant pour remettre en cause ces pratiques.

Une blague, qui les entraînent en prison

Retour sur les faits:

Le 25 2011, un étudiant de 18 ans s’était présenté à un « entretien de sélection » pour intégrer und des associations d’étudiants de Dauphine. Ce dernier a dû boire de la bière et de la vodka, avant de se déshabiller et se retrouver le pantalon aux chevilles, à genoux. Les mains entravées, une corde autour du cou… Il avait aussi reçu des coups des poings lorsqu’il répondait mal aux questions. Un des étudiants avait aussi gravé avec une capsule de bière, le dos de son camarade.

La peine qui est tombée lundi est plus dure que celle requise. Au début du procès, début juin, il s’agissait de trois mois de prison avec sursis et 1 000 euros d’amende. Le verdict finale est totalement différent. Les quatre étudiants écopent de de 8 mois de prison avec sursis et une amende de 8000 euros.