fbpx
Campus
Partager sur

C’est à un étudiant qu’on doit l’invention du packaging le plus écolo du monde

Un étudiant américain vient de lancer toute une gamme d’emballages absolument révolutionnaires. MCE-tv vous dévoile les packagings du futur

Il n’a qu’une vingtaine d’année mais déjà pas mal de suite dans les idées. C’est à un étudiant du Pratt Institute de Brooklyn, à New York, qu’Aaron Mickelson, un petit malin débarque avec un projet capable qui pourrait bien à lui seul changer la face de l’industrie agro-alimentaire en même temps que modifier certaines de nos habitudes de consommation.

Son travail a été imaginé dans le cadre de sa « thèse » de Master portant sur la mise à disposition de produits de grande consommation présentés dans des emballages solubles et bio-dégradables.

Un emballage qui intègre le produit

Elaboré dans le souci de rendre la plus sexy possible l’apparence de produits manufacturés par le tout-venant en même temps que de faire du bien à la planète, il a ainsi conçu une gamme entière de produits du quotidien disponibles d’après ce principe.

Qu’il s’agisse de sachets de thé, de sacs poubelle, de savon, de doses de détachant ou encore du bon vieux tupperware, son projet « The Disappearing Package » pour « L’emballage fantôme » ne fait pas de cadeau aux plastiques, aluminiums et encres traitées aux pigments utilisant des métaux lourds.

Les cas d’école de ce type de procédé industriel c’est la dosette de lave-vaisselle ou encore le rouleau de papier-toilette entièrement soluble en cas de passage à l’eau. L’étudiant frappe encore plus fort avec des ribambelles de sachets de thé formant des frises parfaitement hydrosoluble, utilisant de l’encre alimentaire.

Nouveaux modes d’emploi

En encore lorsqu’il imagine un emballage de savon Nivea qui fond lorsqu’on le passe sous l’eau avant de se laver, et même un emballage de sacs poubelles qui devient lui-même contenant au moment d’arriver au dernier.

Son travail a fait l’objet d’une collaboration avec des marques qui se sont prises au jeu d’utiliser ces nouveaux supports pour une communication différente, par exemple très axée sur le storytelling dans le cas de Twinings. Mieux : l’initiative a déjà reçue les encouragements de sociétés comme Yahoo ou Wired, sans doute bon signe pour la suite de son développement.

T.C.

Source : Le Figaro