fbpx
Campus
Partager sur

L’INSA de Rouen : les jeunes diplômés décrochent leur 1er emploi en moins d’un mois

L’INSA de Rouen : les jeunes diplômés décrochent leur 1er emploi en moins d’un mois
Partager
Partager sur Facebook

L’école rouennaise annonce les résultats de l’enquête d’insertion Jeunes Diplômés – Promotion 2012

Malgré la crise, les jeunes diplômés de l’INSA Rouen trouvent « un véritable emploi » en moins d’un mois, selon l’enquête interne de l’école.

Six mois après l’obtention de leur diplôme, près de 90% de la promotion 2012 est en activité (salariés, poursuite d’études, volontariat et entreprenariat) et leurs salaire et taux de satisfaction dans le cadre de ce premier emploi sont en hausse depuis trois ans. Les jeunes Isaïens se retrouvent embauchés dans des domaines d’activité très divers liés à ses 7 spécialités : du BTP à l’aéronautique, l’énergie et l’informatique ou la finance mais aussi le commerce et l’agriculture.

Un « véritable emploi » et un bon salaire dès la fin des études

L’INSA de Rouen vient de publier une étude « Jeunes Diplômés » réalisée sur la base des réponses de 99,2% des étudiants de la promotion 2012, qui décrit la situation de ses diplômés six mois après l’obtention de leur diplôme.

Alors que le taux global d’insertion reste stable, les jeunes diplômés insaïens ont eu besoin de 3,5 semaines en moyenne pour obtenir un emploi, ce qui constitue plus de deux fois moins de temps qu’en 2010. De plus, il s’agit d’un emploi qui répond à leurs attentes et valorise leurs études : 95,8% d’entre eux se disent « globalement satisfaits de leur situation professionnelle » (94,5% en 2012) et 73,6% considèrent leur travail comme « un véritable emploi » (13 points de plus par rapport à l’année dernière).

En mars 2013, 70% des diplômés insaïens 2012 étaient salariés, dont 72% en CDI, et leur salaire moyen s’élevait à 35,2K€, en hausse pour la quatrième année consécutive. 16% d’entre eux poursuivait leurs études.

Il a été également noté une hausse du nombre des contrats décrochés à la suite d’un stage ou d’un projet de fin d’études. Plus de la moitié des étudiants (51,2%) ont été embauchés de cette façon.

Une diversité de carrières, à tous les niveaux

Deux tiers des entreprises qui recrutent les diplômés de l’INSA de Rouen sont de grands groupes (avec plus de 2 000 employés). Les régions de Haute et Basse Normandie embauchent près d’un diplômé sur cinq (18,8%), notamment dans les domaines du Génie Civil et Constructions Durables et de la Chimie Fine et Ingénierie. Néanmoins, la moitié de la promotion (49,4%) est embauchée par des entreprises situées en région parisienne.

Globalement, les meilleurs résultats d’insertion ont été notés dans les filières du Génie Civil et Constructions Durables (92% des diplômés salariés au moment de l’enquête) et de l’Architecture des Systèmes Informatiques (91%) tandis que les plus hauts salaires ont été négociés par les diplômés en Maîtrise des risques industriels et environnementaux (36,6K€) et Génie mathématique (36,3K€).

Polyvalents, les jeunes diplômés de l’INSA de Rouen trouvent leur 1er emploi dans divers domaines de l’ingénierie, ce qui justifie sans doute en partie leur taux élevé d’insertion. Les branches qui ont recruté chacune plus de 10% de la promotion 2012 sont : le BTP, l’informatique, les énergies renouvelables ainsi que l’aéronautique et le spatial.

A propos de l’INSA de Rouen

Première école d’ingénieur-e-s de Normandie et figurant parmi les principaux établissements français, l’INSA de Rouen occupe une place majeure dans le paysage de la formation d’ingénieur-e-s en France.

Ses missions, l’enseignement (7 formations d’ingénieur -e-s), la recherche (9 laboratoires) et la diffusion de la culture scientifique, s’articulent autour de 4 pôles de compétences dans une approche transversale qu’est la maîtrise des risques : systèmes d’information /mathématiques, énergétique/mécanique, génie civil et constructions durables, chimie et procédés/écologie industrielle.

L’INSA de Rouen est membre du puissant Groupe des INSA qui forme chaque année près de 10% des ingénieur-e-s français. Il a tissé des liens étroits avec le monde industriel et a développé de nombreux partenariats avec des organismes internationaux.

Communiqué