fbpx
Campus
Partager sur

Hong-Kong : les moins de 21 ans complètement accros à la kétamine

A en croire les jeunes, la nouvelle dope en vogue du côté de l’enclave autonome chinoise de Hong-Kong s’appelle kétamine. Et ses effets sont particulièrement dévastateurs sur ces consommateurs

A la base, il s’agit d’un sédatif pour chevaux. Mais en temps de crise, la kétamine revient sur le devant de la scène comme une des drogues les plus prisées de la jeunesse.

C’est très vrai du côté de la ville de Hong-Kong, cette cité à l’embouchure de la Rivière des Perles qui a obtenu du pouvoir central son autonomie administrative avec le traité de Nankin ratifié en 1842.

Alors qu’on l’utilise également pour sevrer des personnes addict aux opiacés, la drogue a été administrée plus récemment à partir de 1965 sur les bidasses américaines blessées au Viet-Nam, avant de connaître un regain d’intérêt public à usage récréatif dans le milieu des rave-parties tout le long de la décennie 1990.

Hong-Kong et la drogue, une histoire d’amour vache

Concernant Hong-Kong, il faut préciser que l’histoire même de la ville est indissociable de celle du commerce de la drogue, puisque c’est pour mettre un terme à la guerre de l’opium avec les britanniques, qui en avaient fait la plate-forme régionale privilégiée de ce business lucratif, que le pouvoir chinois avait concédé à la cité un statut à part.

Hé bien selon les stats officielles, les chiffres les plus récents datant de 2009, la consommation de substances psychoactives a un nouveau visage à Hong-Kong : un accro à la kétamine, possédant souvent moins de 21 ans. Sur les 5 280 usagers fréquents recensés par les autorités de la ville aux 7 millions d’habitants, 4 drogués sur 5 appartiennent à cette tranche de la population.

Sanitaires des établissements scolaires, bars à karaoké et jardins publics, à sniffer ou à s’injecter, peu importe l’endroit et la forme pourvu qu’il y ait la prise. Et cette dernière se montre très bon marché, avec moins de 10 euros la dose soit 100 dollars hongkongais. Une aubaine pour ces jeunes à la recherche de sensations fortes qui ont bien du mal à trouver leur place dans une économie tournant à cent à l’heure.

Perte de connaissance et état de confusion

Les effets garantis d’une telle substance sur leur cerveau devraient leur permettre de s’évader : troubles de la vision, état altéré de la conscience et expériences de « mort subite », relâchement musculaire surpuissant… Et puis suivent tous les autres, beaucoup moins drôles : forte addiction, incontinence, somnolence, confusion, arythmie et pertes de mémoire, nausées et vomissements, j’en passe et des meilleures.

Selon les données du Figaro, les 1 677 infractions instruites l’année dernière ont permis de procéder à la saisie de quelque 724 kg de kétamine. La réaction des pouvoirs publics face au nouveau sobriquet de la ville de « capitale de la kétamine » ne s’est pas faite attendre : des centres de désintoxication y ont poussé comme des champignons, mais ils paraissent déjà débordés par la demande.

T.C.

Sources : Le Figaro, sejour-chine , psychoactif