fbpx
Campus
Partager sur

Avec Educ'Ping, le tennis refait ses classes

Avec Educ'Ping, le tennis refait ses classes

Aux grands évènements, les grands moyens. Et les belles idées. Organisatrice des championnats du monde individuels 2013 (13 au 20 mai à Bercy), la Fédération française de tennis de table veut profiter de l’occasion pour élargir son public. Et renforcer encore ses liens avec le monde scolaire et universitaire, où la discipline se révèle déjà être l’une des plus présentes. L’opération, initiée dès l’automne dernier, porte un nom : Educ’Ping

Son principe : favoriser l’apprentissage du tennis de table et sa découverte culturelle en classe. « Aller à la rencontre des élèves », résume Béatrice Palierne, cadre technique nationale, responsable du projet à la FFTT. Pour cela, des supports pédagogiques et des activités, ludiques et sportives, sont proposés aux enseignants. Dans le même temps, ces mêmes enseignants se voient offrir une formation spécifique afin d’accompagner au mieux le programme.

Inspiré du succès rencontré par les initiatives des fédérations françaises de rugby en 2007 (Scolarugby) et d’escrime en 2010 (Escrime-toi), Educ’Ping vise un public large, des enfants des classes maternelles aux étudiants des universités. Les supports pédagogiques s’avèrent différents d’une cible à l’autre. Avec un dénominateur commun : la découverte du tennis de table, son apprentissage et sa culture, avec la Chine comme référence en tant que nation dominante du ping-pong.

Dans le détail, les plus petits (4/7 ans) peuvent s’initier au « ping » grâce à un matériel ergonomiquement adapté et distrayant (petites tables, balles mousse ou bicolores, filets ajustables, raquettes proportionnelles à leur prise en main…). Un kit pédagogique, accompagné d’un DVD, décline la discipline sous forme de jeux d’adresse, d’activités, et d’exercices de coordination. La méthode d’apprentissage utilisée est la mise en réussite, afin de faciliter les premiers échanges.

Le programme permettra également à plus de 5 000 enfants d’assister gratuitement au Mondial 2013, du 13 au 15 mai au Palais Omnisports de Paris Bercy. Les groupes y seront accueillis par des « jeunes officiels organisateurs » de l’UNSS, un cadeau de bienvenue leur sera remis.

Dans les établissements scolaires Educ’Ping tisse sa toile à travers le sport scolaire (USEP, UNSS, UGSEL…). En plus de la découverte de l’activité tennis de table dans les cycles d’éducation physique et sportive (EPS), des initiations et des tournois amicaux, les socles communs de compétences sont également enrichis d’une touche internationale par l’apport de connaissances historiques, culturelles et géographiques de l’Asie.

Enfin, les Universités peuvent proposer à leurs étudiants d’approfondir la dimension économique, sociologique et psychologique du tennis de table. Avec la possibilité, pour les plus motivés, d’y consacrer un travail de recherche et de le présenter à un jury où sera présent un membre de la FFTT. Dans tous les cas, les projets les plus pertinents et originaux seront récompensés par des places pour les épreuves du Mondial 2013.

Trois universités (Talence à Bordeaux, Descartes et la Sorbonne à Paris) ont organisé ou organiseront à l’occasion du Mondial 2013 des colloques et journées d’études autour de la discipline. Celui de l’Université de Bordeaux a accueilli les 22 et 23 février dernier le premier colloque EDUC’PING pour les professeurs d’EPS, les entraineurs, les chercheurs et les étudiants en Staps.

Ambitieux, le programme ne se connaît pas de frontières. Un partenariat avec l’Agence de l’Enseignement du Français à l’Etranger a permis de l’étendre à plusieurs établissements hors de France. En Chine, par exemple, les élèves de certains lycées français ont le privilège de suivre l’entraînement des pongistes chinois. Certains d’entre eux feront le voyage vers Paris pour assister, depuis les tribunes du POPB, aux rencontres des Championnats du monde.

Preuve de sa pertinence, Educ’Ping a été répertorié par le Ministère de l’Education Nationale comme une action éducative. Il s’inscrit dans la volonté de la FFTT de profiter à fond du Mondial de Paris-Bercy pour faire de 2013 une année 100% ping. « Nous saisissons l’opportunité des championnats du monde pour lancer cette opération, mais elle durera bien au-delà de l’évènement, explique Béatrice Palierne. La priorité de la FFTT pour cette olympiade est le développement. Nous voulons aller à la rencontre du public, notamment dans les écoles, les collèges/ lycées et à l’université. »

Communiqué