fbpx
Campus
Partager sur

Emploi : baisse du nombre de missions d’intérim en avril dernier

Emploi : baisse du nombre de missions d’intérim en avril dernier
Partager
Partager sur Facebook

La radio France Info a dévoilé les derniers chiffres enregistrés par plusieurs agences d'intérim au mois d'avril 2014, témoignant d'une légère baisse des effectifs au sein de ces dernières

C’est mardi dernier qu’on apprenait les derniers résultats en date de l’organisme Prism’emploi, un syndicat patronal totalisant 600 entreprises membres, 6 900 agences d’intérim sur l’ensemble du territoire et ses 20 000 employés permanents.

Pour le mois d’avril dernier, on constate que les effectifs d’intérimaires ont baissé de l’ordre d’1%. Une mauvaise nouvelle après celle d’une légère hausse de 0,4% des demandeurs d’emploi au début de ce même mois.

Le combat pour l’emploi doit être intensifié

A quoi sent-on qu’un pays peine à se remettre sur le chemin du plein emploi ? Lorsque même ses travailleurs les plus éphémères commencent à être moins sollicités. C’est le cas de nos intérimaires dont les missions disponibles sont désormais moins nombreuses qu’avant, lorsqu’on constate que leur volume vient de connaître 1% de recul par rapport à la situation qu’on observait il y a un an à la même période.

Ce n’est donc rien de dire que l’emploi peine à repartir en France, quand on constate le passage début avril 2014 à 14 800 chômeurs supplémentaires venant grossir le nombre déjà record de demandeurs d’emploi français désormais porté à 3,364 millions de personnes. Sur un an, cette augmentation est encore plus spectaculaire, correspondant à la forte hausse de 3,5%.

Un infléchissement particulièrement sensible dans le BTP

Etonnamment, c’est le secteur du Bâtiment et des Travaux Publics qui souffre le plus de cette baisse du nombre d’intérimaires requis. En effet, l’intérim dans ce domaine a reculé de 13,1% dans ce secteur absolument crucial pour l’activité économique hexagonale ! C’est dire : la baisse est telle que ce seul chiffre plomberait l’ensemble du tableau de l’intérim national d’avril. Car par ailleurs, les choses paraissent moins grises. Notons que les intérimaires ont été de +1,1% en moyenne dans les transports et même de +4% dans le commerce, à titre d’exemples.

Le président de la CAPEB* P. Liébus a pourtant son explication pour traduire cette décrue momentanée du bâtiment : si on a moins besoin d’intérimaires, c’est tout simplement parce qu’on a moins de chantiers. Enfin toutes les régions (tant qu’elles existent encore telles qu’on les connaît) ne sont pas égales face aux chiffres de l’intérim car certaines sortent la tête haute tandis que d’autres tirent vers le bas les statistiques globales. Ainsi, en Auvergne les intérimaires progressent de 5,3% ou encore de 6,5% pour la Champagne-Ardenne, tandis qu’en Languedoc-Roussillon ils reculent de 4,7% et même de 5,7% en Pays de la Loire.

Sources : franceinfo , lefigaro , uprpaca

*Confédération des petites entreprises du bâtiment