fbpx
Campus
Partager sur

Classes prépa : des quotas feront-ils bientôt autorité ?

Parmi le cortège de nouveautés charrié par la réforme ESR, une mesure fonctionnant au mérite encourage les CPGE à s’ouvrir davantage aux profils atypiques

Le système est tout nouveau : les candidats au bac ayant particulièrement brillé à l’examen tout en l’ayant passé dans des zones défavorisées auront droit de séance en CPGE.

Au point qu’on leur aménage des quotas spécifiques ! C’est sur le principe le contenu de cette mesure avalisée le 23 mai dernier au Parlement.

Le but recherché est bien sûr d’ajouter plus de mixité sociale dans nos classes préparatoires encore trop homogènes, ainsi qu’MCE vous rapportait ici.

Bientôt un quota minimum de bac pro en BTS et IUT ?

La mesure s’inspire en fait de l’exemple américain où ce type d’initiatives fait recette, à l’image de celles mises en place depuis plusieurs années dans l’état du Texas, à titre d’exemple.

Dans les faits, les quotas appliqués à ces classes préparatoires seront fixés par les académies : le texte explique en effet que «le recteur d’académie réservera dans ces formations un contingent minimal de places au bénéfice de ces bacheliers et prévoira des critères appropriés de vérification de leurs aptitudes».

Selon le député socialiste initiateur de l’amendement Jérome Guedj, le manque à gagner de têtes bien faites en provenance de milieux populaires est énorme dans notre pays.

Il part du cruel constat posé par un rapport du CNRS de Patrick Weill estimant à «4000 » le nombre de « places ouvertes en CPGE [qui] ne sont pas pourvues et [à] 150 établissements [ceux] n’y envo[yant] aucun élève» par an, nous rapporte Le Figaro ! La mesure prévoit déjà l’extension de la mesure dans les filières BTS et IUT pour tous les bacs pro.

T.C.

Source : Le Figaro