fbpx
Campus
Partager sur

Bac + 5 et sans emploi, une situation courante

Bac + 5 et sans emploi, une situation courante
Partager sur Facebook

Vous venez de valider avec fierté votre Master 2. Vous vous félicitez intérieurement, pensant que vous avez accompli le plus dur. Détrompez-vous ! Il va maintenant falloir trouver un travail et vos diplômes ne pèsent pas si lourd que ça dans la balance…

Master 2 de droit, de microbiologie, de psychologie… De plus en plus de filières n’offrent pas de travail. Nous vous le disions d’ailleurs récemment en vous présentant le Top 10 des formations qui ne recrutent pas . Pour exemple, un Bac +5 dans le marketing du luxe n’est pas une stratégie gagnante si vous espériez intégrer le marché du travail très rapidement. Le choix de la filière est primordial, au risque de devoir vous réorienter après l’obtention du précieux Master 2 et donc perdre du temps.

Les diplômés en niveau Master correspondent à des postes de cadres, mais la crise étant passée par là, les nombreuses suppressions de poste ou de non-renouvellement touchent aussi les cadres. Ces postes sont tous saturés, l’offre étant bien plus restreinte que la demande.

Entreprise cherche stagiaire

De plus en plus d’entreprises réduisent leurs moyens financiers et donc leurs embauches. Ils proposent donc des stages pour une durée plus ou moins longue. Moins coûteux qu’un employé classique, mais tout aussi compétent qu’un diplômé, ce sont les stagiaires de fin d’études qui sont les plus prisés.

Il semblerait que le Bac +5 fasse peur aux patrons qui préfèrent un Bac +2 avec des prétentions salariales à la hauteur de leur moyen plutôt qu’un Bac +5, sans expérience professionnelle et avec un niveau d’étude qui exigerait un salaire équivalent.

Une situation difficile pour tous

Les étudiants n’ont généralement pas travaillé suffisamment longtemps pour toucher du chômage ou un RMI et se retrouvent à la sortie d’un Bac +5 dans des situations plus que délicates, obligés d’accepter des petits boulots précarisant, toujours en CDD.

Accrochez-vous et ne désespérez pas ! La situation est difficile pour tous, diplômés ou non. La crise oblige à redoubler d’efforts et à accepter de petits boulots précaires dans un premier temps. Attendez-vous à galérer les trois premières années de votre carrière, mais c’est l’expérience qui paye ! Car dans toutes vos démarches, retenez qu’un patron privilégiera toujours un candidat qui peut se mettre au travail tout de suite et qui donc a de l’expérience plutôt qu’un candidat qui n’en est encore qu’au théorique. La Farniente pendant l’été, oubliez et demandez dès la Licence des stages facultatifs pendant vos congés scolaires.

Ne vous bloquez pas non plus sur une seule ou deux régions de France, soyez mobile ! France ou étranger, vous devez élargir au maximum votre champ de recherche pour trouver le job de vos rêves.
Parfois, l’important est d’entrer quelque part et d’y faire ses preuves. Passer quelques concours internes à l’entreprise peut permettre de gravir les échelons.

Coralie Pierre