fbpx
Campus
Partager sur

Le spectre du racisme plane sur le campus de l'Oberlin College, Ohio

Le spectre du racisme plane sur le campus de l'Oberlin College, Ohio

Aux Etats-Unis, l’Oberlin College a été le théâtre de scènes de haine raciale. MCE vous raconte tout

C’est dans la paisible fac américaine de l’Oberlin College dans l’état de l’Ohio que plusieurs actes à caractère xénophobe et antisémite ont été relevés récemment. Des événements choquants ont en effet été observés sur le campus à diverses occasions.

Cela fait un mois que les étudiants de ce campus vivent dans la crainte de ce que sera le prochain méfait de personnes encore non-identifiées s’amusant à répandre le racisme et l’homophobie comme une traînée de poudre.

Pendant un jour, la fac a même décidé de remplacer les cours par une « journée de la solidarité ». Parallèlement se tenaient des assemblées spontanées d’étudiants pour échanger leur ressenti et partager les points de vue, sur les pelouses du campus.

Plusieurs nuisances à faire froid dans le dos se sont produites : dimanche soir dernier, c’était un individu portant la tenue blanche caractéristique des adeptes du Ku Klux Klan qui a été surpris a déambuler près du centre Afrikan Heritage, une maison étudiante-relais de la mixité ethnique.

Chapeau pointu … et svastikas

Pas une semaine ne s’était écoulé sans qu’un nouvel incident soit à déplorer. Plus tôt, c’étaient des affiches de détournement de la célébration du mois de l’histoire afro-américaine qui avaient été placardées partout, parlant pour l’occasion d’« histoire nègre ». D’autres prospectus homophobes traînant sur le campus dénonçaient pour leur part la présence de « tapettes » sur celui-ci, plus tôt.

Un tag encourageant le suprémacisme blanc a encore été retrouvé sur une fontaine de la fac et enfin des croix gammées ont été peintes sur les murs du bâtiment des arts. La police d’Oberlin qui a ouvert une enquête recherche actuellement 2 étudiants susceptibles d’être responsables de tout ça.

Il s’agirait selon eux de profils de WASP – pour White Anglo-Saxon Protestant, archétype américain excluant toute autre communauté d’appartenance comme les irlandais catholiques, les juifs, hispaniques et afro-américains, entre autres – agitateurs, qualifiés de « personnes lâches » par le directeur de l’établissement Marvin Krislov.

Une fac-symbole

L’Oberlin College a d’autant plus de raisons de s’émouvoir de ces faits que la fac a été la première du pays à accepter l’inscription d’étudiants de couleur noire, en 1835, mais aussi de sexe féminin deux ans plus tard.

Ses murs ont vu défiler nombre de figures-clefs du combat en faveur des droits civiques telles que le pasteur Martin Luther King ou encore prônant la paix inter-communautaire comme l’archevêque d’Afrique du Sud Desmond Tutu.

T.C.

Source : Le Figaro