Campus
Partager sur

Kamasutri : quand Angers mêle éducation sexuelle et écologie

Kamasutri : quand Angers mêle éducation sexuelle et écologie
Partage
Partager sur Facebook

Quel est le rapport entre kamasutra et triage des ordures ? Vous ne voyez toujours pas ? Nous non plus : allez donc poser la question à l’équipe de com’ d’Angers Loire Métropole, histoire de savoir ce qu’ils mettent dans leur café le matin

Ok, c’est un peu n’importe quoi. Mais l’agglomération d’Angers suit la tendance en optant pour une campagne de com’ décalée pour sensibiliser ses habitants aux gestes éco-responsables.

D’un autre côté on s’y perd un peu entre poubelle jaune, poubelle bleue et containers à verre… Ou plutôt on a pas le temps de se prendre la tête sur le sujet. C’est en partant de ce constat que les petits malins on élaboré ce petit guide-concept second degré pour démontrer que trier n’est pas tellement plus compliqué…que b*!#er.

Le thème ? Je vous le donne en mille : faire rimer sexe et tri sélectif, collecte des déchets au sens large. Cette prouesse est rendue possible par l’édition d’un petit livret vert du savoir-jeter citoyen en 12 leçons. Ou plutôt en 12 positions : ils ont poussé la blague jusqu’à créer des variantes du meilleur goût

Réalisée par l’agence Liner Communication, en collaboration avec la société de conseil trendy BrandCentric / Partie de Campagne, cette campagne léchée vise les étudiants de l’agglomération qui représentent 33 000 personnes soit 12 % de la population.

Avec à la clef un site, des posters, badges et flyers mais aussi une tournée de sensibilisation physique, notamment dans les restos U de la ville et au théâtre participatif le « Trishow ».

« Kamasutri » ou le « Top 12 des positions pour trieur averti »

Ainsi la position du « vieux pinceau dans le pot gluant », lui-même « classé X », référence au sigle rose si caractéristique des programmes olé-olé, montre par exemple un personnage ne sachant où mettre son fier plumeau dégoulinant (hem..). On y indique que les produits toxiques doivent finir à la déchèterie.

Ou encore celle de « La pile usagée et l’ampoule grillée », qui met pour sa part en scène un bonhomme en train de changer une ampoule, tout soutenu qu’il est par une fille lui maintenant les hanches…pour le stabiliser dans cette posture équivoque. Pour ce type de détritus, direction les bacs dédiés dans les magasins (Castorama, Nature&Découvertes etc).

On en découvre une douzaine de cette acabit. Une fois passé le constat rabat-joie du premier coup d’oeil façon tonton Jackie « maintenant tout est prétexte à évoquer le sexe », il faut reconnaître que rendre le tri sélectif sexy n’était pas donné. Et que ça finit par faire sourire parce que c’est plutôt bien fichu.

Jugez par vous-même sur leur site accessible ici !

T.C.