fbpx
Campus
Partager sur

L’UPS réagit face aux menaces de fermetures des classes préparatoires d’Aix-Marseille

L’UPS réagit face aux menaces de fermetures des classes préparatoires d’Aix-Marseille

dénonce les menaces de fermetures des classes préparatoires d’Aix-Marseille et Poitiers et s’associe à leur appel au Ministère de l’Education nationale

Alors que les classes préparatoires fonctionnent comme ascenseur social pour de nombreux élèves provenant de milieux modestes, des classes préparatoires des académies d’Aix-Marseille et de Poitiers sont menacées de fermetures à la rentrée prochaine suite aux annonces faites par le Ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Devant le manque de réponses de la part du Ministère, les professeurs de classes préparatoires de ces deux académies persistent à contester les fermetures annoncées qui devraient être effectives pour la rentrée 2015.

A Aix en Provence, le lycée Vauvenargues voit sa classe de PCSI menacée de fermeture, alors que chaque année, cette classe permet à une quarantaine d’étudiants d’intégrer des écoles d’ingénieurs, dont les plus prestigieuses. Qu’est-ce qui peut justifier de casser un outil de formation efficace des jeunes dans leur propre région ?

Dans l’académie de Poitiers, la menace ne concerne pas que les classes scientifiques. C’est tout le tissu académique des classes préparatoires qui est attaqué dans l’indifférence de l’institution. Pour défendre des classes qui permettent aux étudiants de l’académie de trouver sur place une offre de formation aussi large que possible, les professeurs de classes préparatoires de Poitiers seront en grève le mardi 2 décembre et se rendront en manifestation jusqu’au rectorat. Le départ de la manifestation est prévu à 14 heures devant le lycée Camille Guérin de Poitiers.

L’UPS soutient leur démarche et s’associe à leur appel à la Ministre, seule décisionnaire en ce domaine. La carte des classes préparatoires doit conserver une cohérence nationale, elle ne peut faire l’objet de restrictions de voilure arbitraires.

L’heure est aux mobilisations. En ce début décembre 2014, le ministère nous donne l’occasion d’un anniversaire un peu amer.

Cette semaine, parce qu’on les menace de concentrer les moyens spécifiques de l’éducation prioritaire sur un périmètre restreint d’établissements, nos collègues des ZEP se mobilisent. Déshabiller Pierre pour habiller Paul ? En décembre 2013, les professeurs de classes préparatoires ont refusé cette logique. Ils continuent de la refuser aujourd’hui et apportent leur soutien à leurs collègues qui se mobilisent pour défendre les conditions de formation des jeunes qu’on leur confie.