fbpx
Campus
Partager sur

Geneviève Fioraso opte pour le projet de la FAGE

Geneviève Fioraso opte pour le projet de la FAGE

La FAGE a été reçue, le 28 février en soirée, par la Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche. La FAGE a su se poser en leader des débats concernant le nouveau dispositif législatif par la défense des étudiants dans le cadre d’un projet politique globale pour la jeunesse. C’est grâce à ce projet que la FAGE a obtenu de Geneviève Fioraso l’assurance de nouveaux droits pour les étudiants

À la demande de la FAGE, le ministère a intégré dans l’exposé des motifs, la réussite des étudiants comme objectif principal. La Ministre a assuré que la question de l’évaluation des enseignements sera mise en lien avec la formation initiale et continue à la pédagogie des enseignants. La FAGE attend des parlementaires qu’ils intègrent à la loi des dispositifs concrets afin de favoriser la réussite des étudiants. Le projet de loi prévoyait une sélection à l’entrée de la première année commune aux études de santé. La FAGE, seule organisation représentant les étudiants en santé, avait vivement protesté contre cette disposition. Sous la pression du réseau de la FAGE, le gouvernement a choisi de faire marche arrière en excluant cette possibilité, même dans le cas d’expérimentation.

Reconnaissant l’expertise de la FAGE et l’étendue de son réseau, la Ministre a annoncé qu’elle confira à cette dernière la coanimation d’un comité de pilotage réunissant les différents ministères concernés pour traiter de la réforme des études de santé. La FAGE demande également que la santé des jeunes soit une priorité de ce gouvernement. Le Ministère a annoncé que 30 centres de santé seront ouverts d’ici 2014, au sein des services de santé universitaires. La FAGE salue cette volonté, mais considère que cette réforme ne doit pas s’arrêter à quelques expérimentations, alors même que la situation sanitaire des étudiants continue de se dégrader. Ainsi, elle propose que les services de santé universitaire soient transformés en véritables centres de santé pluridisciplinaires, sur l’ensermble du territoire, et que ces derniers soient gérés par les CROUS (Centre Régional des Oeuvres Universitaires et Scolaires) afin qu’un maximum d’étudiants y ait accès.

Aussi la FAGE demande que toute la lumière soit faite sur la pérennité du régime de sécurité sociale étudiante, dans le cadre de la gestion qu’en font les mutuelles étudiantes. La ministre a affirmé qu’elle ne voulait pas faire de ce sujet un sujet tabou et que des choix devront être pris sans restreindre a priori le champ des possibles. La FAGE attend maintenant que le gouvernement ouvre une commission d’enquête interministérielle, en lien avec l’inspection générale des affaires sociales.

Geneviève Fioraso a annoncé que la réforme des aides sociales étudiantes avait pour objectif de permettre des aides plus adaptées aux étudiants, plus progressives, linéarisées et prenant en compte les cas particuliers de rupture familiale ; cela pour plus de justice sociale. C’est pourquoi les revenus des parents seront pris en compte dans le calcul des aides sociales.

La Ministre fait ici le choix de reprendre ouvertement l’Aide Globale d’Indépendance (AGI), proposition de la FAGE pour réformer les aides sociales. La FAGE se félicite de voir son projet ainsi retenu. Une évaluation ministérielle est en cours pour analyser l’impact réel et le coût des différentes aides sociales. La FAGE annonce qu’elle ne transigera pas sur sa volonté d’une réforme globale ne devant pas se résumer à de simples ajustements. Les différents dispositifs existants doivent être fondus en un seul pour permettre plus de justice sociale. Les étudiants n’accepteront pas que les questions de l’allocation logement et de la demie-part fiscale ne soient pas abordées.

Les avancées obtenues par la FAGE et annoncées par la Ministre lors de cet entretien doivent maintenant se transformer en actes. Les étudiants attendent que « le changement » se concrétise dans leur quotidien ; le gouvernement doit être au rendez-vous de ses promesses. La FAGE sera attentive à ce que le projet de loi de l’enseignement supérieur et de la recherche mette au coeur de la réforme les étudiants et leur réussite. Les jeunes sont aujourd’hui déçus de n’avoir été qu’un symbole de campagne présidentielle.

La FAGE et son réseau demandent que l’incantation du gouvernement laisse place à une action concrète et globale pour la jeunesse.

Communiqué