Campus
Partager sur

Zoom sur l'université d'Orléans

Zoom sur l'université d'Orléans
Partage
Partager sur Facebook

L’université d’Orléans n’en finit pas de se moderniser en optimisant ses programmes de pédagogiques mais aussi en allégeant ses structures. Focus sur une faculté restée trop longtemps dans l’ombre

La faculté représente aujourd’hui 14 000 étudiants dont 2 135 étrangers et possède 6 sites, portant sa surface totale à 232 092 m2. Son corps professoral musclé est composé de 1 106 enseignants chercheurs et la faculté distribue quelques 76 mentions de diplômes différentes.

10 UFR distincts se répartissent 27 unités de recherche et leurs 509 doctorants.

Une fac en pleine mutation

La modernisation y va bon train puisque les anciens laboratoires ont passé le relais à un réseau d’ l’Instituts Thématiques Pluridisciplinaire, chacun étant chargé de concentrer une spécialité et ses diverses ramifications.

Il existe celui appelé « Géoscience, environnement et espace », celui dit « Humanités, cultures et sociétés », celui appelé « Energie et matériaux », celui nommé « Normes, organisations et marchés territoires », celui dédié aux « Institutions, sociétés » et enfin celui consacré aux « Modélisation, systèmes et langages ».

Les ITP sont ensuite répertoriés en UFR. D’importantes ressources sont mobilisées par l’université, pour être capable de soutenir la recherche notamment grâce au dynamisme de quelques 5,3 millions d’euros de budget levés par les récents « investissements d’avenir » initiés par le gouvernement Ayrault.

Des regroupements nouveaux

L’université a mis un point d’honneur à faire du ménage, ces dernières années, sur ses nombreux sites : elle a ainsi regroupé le travail consacré aux ressources végétales à Chartres, celles dépendant du pôle risque à Bourges, tandis que celui de Châteauroux s’est emparé de tout ce qui concerne la logistique, l’automatique et le transport.

La fac a dans cette même logique délocalisé certains de ses pôles comme c’est le cas des campus du BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières) ou du CNRS.

De très bons points également en ce qui concerne la transversalité des formations de la faculté d’Orléans à l’image de sa collaboration entre plusieurs de ses doctorants, le CNRS, et 3 lycées du secteur dans la démarche classée Initiative D’Excellence Formation Innovante.

28 doctorants suivent et forment ainsi 90 élèves de seconde à la discipline de la recherche, dans le cadre du projet Edifice.

Source : EducPros

T.C.