Campus
Partager sur

Logement étudiant : la région IDF débloquera 4000 places par an

Logement étudiant : la région IDF débloquera 4000 places par an
Partage
Partager sur Facebook

La région Ile-de-France semble toute disposée à grossir significativement son parc de logements étudiants. Un chantier de bonne taille auquel il est bon de réfléchir dès maintenant

Sur la tendance générale du logement étudiant, les franciliens ne s’en sortent pas de façon particulièrement brillante. Avec une part du budget étudiant dédiée au loyer pouvant atteindre 50 % au niveau national, les parisiens grimperaient même jusqu’à 75 %.

Relayée par Le Parisien, l’annonce de décembre 2012 d’Emanuelle Cosse, vice-présidente du Conseil Régional d’Ile-de-France en charge du logement, de l’habitat, du renouvellement urbain et de l’action foncière ne passe pas inaperçue dans la morosité du contexte actuel.

L’idée est de tenir cet objectif annuel de 4 000 nouveaux logements par an pendant 8 années.

Vers une régulation des loyers ?

Autre levier, « la Région souhaite inciter des propriétaires à louer leurs appartements à un prix inférieur au prix du marché d’environ 25 %. Quel intérêt pour les propriétaires ? En cas de désaffection ou de sinistre, un dispositif de garantie est mobilisé« .

S’attaquer aux racines du mal, en encadrant un minimum les loyers, voilà qui pourrait en effet être d’une aide substantielle pour résoudre un jour la question du logement étudiant.

Un signe encourageant qui sonne pourtant comme un bon vieux leitmotiv qui se heurte toujours plus aux questions de limites budgétaires et aux longueurs dans la mise en chantier des nouveaux sites mais aussi dans la négociation des volumes à récupérer par les bailleurs sociaux.

Paroles et paroles et… paroles

Le constat plombant de ressources trop restreintes pour répondre aux besoins actuels des étudiants d’Ile-de-France – ils étaient 77 000 inscrits dans le supérieur d’après des chiffres 2006-2007 du rapport 2009 de l’Observatoire de la Vie Etudiante sur la précarité des jeunes franciliens – la région s’est efforcée d’y répondre en promettant l’ouverture annuelle de quelques 4 000 nouveaux logements sociaux, étalée sur près d’une décennie.

Cela devrait comprendre la construction de nouvelles cités U, qui viendraient s’ajouter aux résidences universitaires privées parisiennes (environ 4 000 places) et logements universitaires dont le parc francilien reste trop fragile (8 000 à l’échelle de la région, selon des chiffres de 2003 fournis par l’Institut D’Aménagement de la région d’Ile-de-France).

T.C.