fbpx
Campus
Partager sur

Ecoles d'ingénieurs PostBac : le Concours Avenir poursuit son développement et devient l'un des concours les plus attractifs

Pour sa quatrième édition, et après l’intégration de 2 nouvelles écoles depuis la rentrée 2012, le Concours Avenir enregistre une augmentation de 21,3% du nombre de candidats issus de la filière S par rapport à l’année dernière. Il confirme ainsi sa forte attractivité pour l’entrée en première année dans ses écoles d’ingénieurs membres

6 014 candidats se sont inscrits au Concours Avenir qui propose cette année 1170 places, soit 5 candidats pour 1 place.

Les six écoles membres totalisent ainsi 20 635 candidatures (contre 15 380 en 2012, soit +34%) ce qui représente en moyenne 17 candidatures pour 1 place.

Ces résultats positionnent le Concours Avenir comme l’un des plus attractifs à ce jour parmi les concours permettant l’accès à des écoles d’ingénieurs postbac et confirment le fort intérêt des élèves de Terminales S et BAC + 1 pour ses six écoles membres.

L’objectif de simplification de la procédure pour les candidats a été atteint : 1 seule journée d’épreuves (le 8 mai) dans 27 centres d’examen répartis dans toute la France et dans le monde avec 1 dossier unique et des frais d’inscription réduits.

Cette année, les premiers élèves de la nouvelle filière STI2D postulaient également au Concours Avenir. Cette filière a connu de profondes modifications pédagogiques en permettant aux élèves d’être mieux préparés (que les anciens Bac STI) à l’entrée en école d’ingénieurs postbac. Cette réforme a suscité de très nombreuses candidatures au Concours Avenir, confortant ainsi l’attractivité de ses écoles membres.

443 candidats ont fait ce choix, soit une augmentation de 87% par rapport à 2012 ! Avec 90 places offertes, le Concours Avenir présente, là encore, une sélectivité importante : 5 candidats pour 1 place.

Depuis la rentrée 2012, le Concours Avenir regroupe 6 écoles d’ingénieurs, présentes sur 10 campus distincts dans le territoire français : l’ECE Paris, l’EIGSI La Rochelle, l’EISTI (Cergy-Pontoise et Pau), l’EPF (Sceaux, Troyes et Montpellier), l’ESILV Paris – La Défense et l’ESTACA (Levallois-Perret et Laval).

Communiqué