fbpx
Campus
Partager sur

Nao, un robot français prometteur

Nao, un robot français prometteur
Partager
Partager sur Facebook

Qui a dit que les japonais et le américains étaient les seuls à commercialiser des robots humanoïdes ? Pas nous : on vous donne la recette de la success story française du modèle dénommé Nao

Le lancement de ce prototype déjà très abouti en termes de robotique, surfe sur la vague de ces nouvelles approches ludiques de tâches courantes, vouées à être prises en charge par la technologie dans un futur imminent, comme en l’occurrence la fonction de baby-sitting.

Pour les chercheurs de Paris Descartes, « Nao suscite des réactions affectives positives de la part des êtres humains auxquels il est confronté », rapporte Le Figaro Etudiant.

Les forces de ce petit droïde d’une soixantaine de centimètres ? Son expressivité, ses capacités d’identification et motrices, la variété de ses réactions et l’humour des concepteurs qui se ressent dans la moindre de ses attitudes.

Un succès français

A l’origine de l’aventure, l’entreprise française Aldebaran Robotics. Prix de lancement en 2008 ? 10 000 euros pour accéder à des possibilités très larges d’interaction comme d’actions gérées.

Et un bilan unique en termes de retombées, notamment dans les universités de France et du monde. Les premiers chiffres parlent d’eux-mêmes : 80 écoles secondaires et 200 autres dans le monde l’utiliseraient déjà.

Déjà beaucoup de commandes étrangères

60 pays l’ont déjà adopté, et ce sont pour l’heure 3 000 unités de Nao qui sont en fonctionnement à l’échelle mondiale dans des pôles académiques dont de grandes facultés comme Harvard.

De l’Angleterre à la Chine en passant par les Etats-Unis, Nao ne semble près à ralentir sa conquête du monde.

Quelques petits bémols à rapporter, néanmoins : des capacités qui ne sont pas illimitées, une autonomie encore faiblarde (moins d’une journée d’affilée) et un des logiciels fournis avec le robot encore assez obscur à installer pour le néophyte.

Source: Le Figaro

T.C.

v