fbpx
Campus
Partager sur

Les contrats d'alternance, cette denrée rare

L’apprentissage semble être une formule gagnante tant pour l’employeur que le jeune salarié. Dommage, parce que le nombre de contrats signés est en chute libre ces dernières années

Les chiffres de l’alternance ne sont pas bons.

Si les années 2009 et 2010 avaient connu une baisse des inscriptions dans les formations la proposant, 2011 était celle de la reprise.

Elle aura été de courte durée : entre les contrats signés en 2011 et l’année suivante, on en enregistre 13 636 de moins soit une baisse assez nette de 2,6 points.

Les données proviennent de la très sérieuse Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques du ministère du travail. Ils indiquent qu’à peine 297 768 nouveaux contrats d’alternance ont été signés l’année passée tandis qu’à peine 158 284 petites promesses de professionnalisation étaient ratifiées.

Baisse continue

Les contrats de professionnalisation font eux aussi grise mine avec une baisse de 8,6% par rapport à 2011, passant de 621 000 étudiants inscrits en cycle d’apprentissage en France métropolitaine à 616 000 en 2012. Alors que l’année passée l’administration publique comptabilisait 433 000 alternants sur l’ensemble du territoire, on semble encore assez loin de l’objectif de 500 000 contrats signés à échéance 2017.

Malheureusement, la tendance se confirme sur 2013 avec à peine 423 000 contrats par alternance recensés fin février 2013 contre 427 000 un an plus tôt à la même période. Si un redoux semblait intervenir en avril 2013, avec une baisse qui n’est que de 19,38% ce qui est mieux que le creux relevé en mars avec 44,7%, la tendance observée depuis le début de l’année reste très maussade avec une baisse globale de 27,46%. Croisons les doigts pour la suite.

T.C.

Sources : e-orientations, Le Figaro, Les Echos