fbpx
Campus
Partager sur

La CTI ne prolongera l'habilitation de Supélec que de 3 ans, contre les 6 annoncés

L’École supérieure d’électricité AKA Supélec comptait sur le soutien indéfectible de la Commision des Titres d’Ingénieur pour reconduire son habilitation sur 6 ans. Il faudra s’en contenter de 3

Du côté de Supélec, on l’a plutôt mauvaise : alors que l’école attendait le feu vert de la CTI pour un renouvellement de 6 ans de son habilitation au terme de l’audit qu’elle vient de passer, seulement 3 années supplémentaires ont été accordées.

Selon l’organisme à l’origine d’une telle décision, le refus de l’établissement de suivre les recommandations que préconisait ce dernier semble en avoir été la raison essentielle.

Rapportant son étonnement aux journalistes d’educpros, le directeur Alain Bravo annonce déjà son intention de contester ce résultat : « nous allons bien évidemment engager un recours contre cette décision qui ne prend pas en compte la réalité de la situation de notre école [alors que la CTI note dans le même temps que Supélec] « bénéficie d’un environnement scientifique exceptionnel et manifeste le souci constant d’en faire profiter les élèves ingénieurs ».

Une situation enviable qui n’a pas réussi à convaincre pleinement la commission

Cette école d’ingénieurs généraliste à missions de service public est spécialisée dans les sciences de l’énergie, de l’information et des systèmes et ne mérite pourtant pas une telle prudence. En effet, alors qu’elle est en plein rapprochement avec l’école d’ingénieurs post-prépa Centrale Paris, Supélec n’en finit pas d’envoyer des signaux de bonne volonté.

En effet, l’école a non seulement rallié le PRES UniverSud Paris en 2007, dans le cadre du projet du plateau Paris-Saclay mais possède à son actif pas moins de 133 enseignants-chercheurs pour des effectifs de 2 043 pour les seuls élèves. Elle délivre un diplôme d’ingénierie à pas moins de 475 étudiants par an.

Le soutien de réseaux influents et une cote exemplaire

Elle fait du reste partie du réseau international Top Industrial Managers for Europe – TIME de son petit nom – au même titre que de nombreuses Ecoles Centrales. Elle appartient en outre au cercle très fermé du groupe A+ des écoles d’ingé et décroche l’excellente note XXX pour son niveau académique, à en croire les données 2013 récoltées par L’Etudiant.

Persistant et signant, Alain Bravo ne décolère pas : « la décision de la CTI repose en effet sur un rapport dont nous contestons les conclusions car il recèle de nombreuses erreurs matérielles et le volet contradictoire, prévu dans le règlement intérieur de la CTI, ne nous semble pas avoir été respecté ». L’impact d’un tel choix pourrait en effet subir l’injustice de plein fouet à cette école qui parait pourtant de plus en plus solide.

T.C.

Source : educpros