fbpx
Buzz
Partager sur

The Voice Kids 5: Mélia avait-elle des appréhensions pour la suite de l’aventure ?

The Voice Kids 5: Mélia avait-elle des appréhensions pour la suite de l’aventure ?

Dans une interview accordée à Melty, Mélia de The Voice Kids 5, a indiqué si elle avait eu des appréhensions pour la suite de l’aventure

Le fait d’être excellent dans un registre musical peut parfois créer des programmes. Notamment dans un programme comme The Voice Kids 5. En effet, quand on est sélectionné après une audition à l’aveugle, les coachs nous soumettent à d’autres genres musicaux. Mélia appréhendait-elle cela ? Elle a donné la réponse.

The Voice Kids 5 : Mélia, stressée pour la suite de l’aventure ?

Mélia excelle dans le reggae. La candidate de The Voice Kids 5 était-elle donc prête à s’essayer à de nouveaux genres musicaux pour la suite de l’aventure ? Etait-elle stressée ? Voici la réponse qu’elle a donnée : « Non pas vraiment, parce que pour devenir chanteur il faut savoir accepter plusieurs genres musicaux. Personnellement, j’aime bien la variété française et internationale. Si j’ai donc l’opportunité de découvrir d’autres chansons, ça ne me dérange pas du tout. Par contre, c’était un véritable challenge ! »

Avant de parler de ce moment spécial où elle a fait danser tout le public : « Quand tu es face à un public, il faut donner de l’émotion pour pouvoir en recevoir. J’ai senti qu’il fallait que je donne tout, pour que le public ressente cette émotion. Comme dit Bob Marley, il faut toujours dégager des « positive vibes », c’est ça la musique. J’ai chanté face à un public fantastique et des coachs magnifiques ».

The Voice Kids 5 : la réaction de Mélia

Dans la suite de l’entretien, Mélia a indiqué comment elle avait réagi lorsqu’elle a vu les coachs se retourner pour sa prestation. La candidate de The Voice Kids 5 a expliqué :

« Quand je les ai vus se retourner dès que j’ai commencé à chanter, c’est comme si j’avais un poids en moins sur mes épaules. L’audition à l’aveugle est vraiment super stressante pour tous les candidats. À ce moment précis, je pensais surtout à mes parents car ce sont eux qui me donnent la force d’avancer. Je me suis dit qu’il fallait que je le fasse pour eux malgré mon stress. J’ai fermé les yeux et j’ai fait ce que je devais faire ».