fbpx
Buzz
Partager sur

Secret Story 9: Tony balance, « j’ai été SDF et j’ai vécu des choses horribles » !

Secret Story 9: Tony balance, « j’ai été SDF et j’ai vécu des choses horribles » !
Partager sur Facebook

Invité dans l’émission C’est mon Choix, présentée par Evelyne Thomas, Tony de Secret Story 9 s’est confié sur son passé lorsqu’il était SDF

Voilà maintenant deux ans que Tony était apparu dans une téléréalité. En effet, celui qui avait comme secret « je suis un Yamakasi » avait participé à Secret Story 9, en compagnie de Rémi Notta, Emilie Fiorelli et autres. Mais avant cela, le jeune homme avait eu de nombreuses galères dans sa vie. Il a notamment été SDF durant de longues années. Invité sur le plateau de C’est mon Choix, il s’est confié et a accepté de parler de son passé.

Secret Story 9 : Tony parle de son passé de SDF

L’enfer. Il n’y a pas d’autres mots pour décrire ce qu’a vécu Tony il y a plusieurs années. En effet, lorsque le candidat de Secret Story 9 était dans la rue, la vie était plus que rude. Il a reconnu le fait d’avoir eu des soucis et avoir été SDF : « J’ai été SDF ! (…) Je ne le cache pas, j’ai vécu des choses horribles. De ne pas savoir comment on va manger, ni où on va dormir, comment on va dormir, si on va dormir. On voit la vie différemment. On ne sait pas comment ça se passe dehors, mais quand on y est, on a peur de tout. »

Il a ensuite parlé d’un hiver, qui l’avait particulièrement marqué : « On a eu un hiver extrêmement froid, c’était en 2011/2012. On est descendus jusqu’à –15° ». « Je dormais dans une tente. Je récupérais des matelas et des couvertures dans les objets encombrants pour un SDF qui s’appelait Marc. »

Secret Story 9 : Tony a vu une personne mourir

Dans la suite de l’entretien, Tony a évoqué un souvenir très dur. Le candidat de Secret Story 9 s’est souvenu qu’il avait partagé une couverture avec un autre SDF, et qui l’avait vu mourir le lendemain :

« Et un soir, je lui ai posé une couverture et il a dormi à côté de moi. Je suis resté auprès de lui, j’ai dormi le dos contre le mur. Et le lendemain, à mon réveil, il était parti. Il était décédé. »