fbpx
Buzz
Partager sur

La Revanche des Ex: Amélie Neten était « terrorisée » pour sa première en tant qu’animatrice !

La Revanche des Ex: Amélie Neten était « terrorisée » pour sa première en tant qu’animatrice !

Interrogée par NRJ12, Amélie Neten a avoué être très stressée pour sa première en tant qu’animatrice, dans La Revanche des Ex

Il n’est jamais facile de démarrer un nouveau métier. D’autant plus quand celui-ci est très compliqué. En effet, Amélie Neten, après avoir passé plusieurs années en tant que candidate dans la téléréalité, est devenue animatrice pour un programme de même type. La Belge est à la tête de La Revanche des Ex, nouveau programme d’NRJ12. Interrogée par le média, elle a confié que sa première avait été très stressante.

La Revanche des Ex : des débuts difficiles pour Amélie Neten

Comme quand on doit passer au tableau en classe, ou à l’approche des examens, Amélie Neten était stressée à l’idée de devenir animatrice pour La Revanche des Ex. Elle a confié à NRJ12 :

« Stressant! J’avais très peur, j’avais la boule au ventre qui montait jusque là! » lâche-t-elle en montrant sa gorge.« Je me suis dit ‘je ne vais pas y arriver, je ne vais pas y arriver, j’ai envie de vomir, je ne sais pas, qu’est-ce-qu’il se passe?’… et puis dans l’oreillette t’entends: « ça va aller, t’inquiète pas, déstresse tout va bien! ». (…) La première, c’est vrai que j’ai eu très peur. Je me suis dit c’est pas possible, comment faire? » Mais finalement, elle a ensuite confié qu’elle n’avait même pas vu le temps passer : « Effectivement, arrivée à la dernière je me suis dit « ah, c’est déjà fini?! »

La Revanche des Ex : Amélie Neten et son fils

Quelques semaines auparavant, Amélie Neten avait accordé une autre interview. L’animatrice de La Revanche des Ex, s’était confié au sujet de son fils Hugo :

« Ça me fait rigoler. Mon fils apprend plus de choses que ces petit m******, désolée de l’expression, de 16 ans qui critiquent (…) Il adore voyager, il en prend à chaque fois plein les yeux. Les gens sont malveillants avec mon fils. Quand je suis dans la rue, ils prennent des snap de lui et ça fait partager. C’est un manque de respect. Je suis parfois obligée d’intervenir et d’aller effacer les photos que les gens prennent du petit. Je préfère gérer l’image de mon fils et puis je suis maman, toutes les mamans mettent des photos de leur enfant sur les réseaux sociaux. »