fbpx
Buzz
Partager sur

Les Princes de l’amour 4: les candidats sont mal payés selon Elsa !

Les Princes de l’amour 4: les candidats sont mal payés selon Elsa !

Repartie avec Adrien dans Les Princes de l’amour 4, Elsa a indiqué qu’elle n’avait pas fait le programme pour l’argent car c’était mal payé

Si des femmes rêvent de faire Les Princes de l’amour 4 en espérant être bien payées, elles peuvent dès à présent chercher un autre projet. En effet, la girlfriend d’Adrien, Elsa, a indiqué dans une interview pour Télé-Loisirs que l’émission payée mal ses prétendantes.

Les Princes de l’amour 4 : mal payé ?

Les princes sont bien payés. En revanche, les prétendantes qui viennent dans Les Princes de l’amour 4 pour les séduire ne le sont pas du tout. C’est ce qu’a balancé Elsa durant un entretien : « les Princes sont bien payés… Je n’ai pas fait ça pour l’argent, cette émission, c’est très mal payé ! »

Elle a ensuite parlé de ses nouveaux projets loin de la téléréalité : « Créer un business toutes les deux lié aux vêtements. On verra… Mais, on fera quelque chose de sérieux ensemble. Oui, la télé-réalité c’est éphémère et je préfère privilégier les études. Mes parents me poussent à faire des études et je ne me vois pas arrêter tout ça pour la télé. »

Les Princes de l’amour 4 : Elsa, surprise par l’amour

Elsa l’a avoué, elle ne s’attendait pas à tomber amoureuse d’Adrien. La candidate des Princes de l’amour 4 a expliqué que tout pouvait arriver face caméra : « dans la télé-réalité, on peut s’attendre à tout. Face aux caméras, c’est vrai que j’étais stressée. Quand Jade est partie, j’ai quand même eu peur qu’il ne me garde pas. Oui, c’est un coup de foudre. Je l’ai dit et je le pense toujours. Et je me voyais vraiment finir l’aventure avec lui… »

Aujourd’hui elle est heureuse et amoureuse. Elle a expliqué au sujet de son histoire d’amour avec Adrien : « Tout est fluide. On a plus le stress, ni la pression de l’aventure. Quand on regarde les épisodes ensemble, c’est dur de voir ce qu’il s’est passé avec les autres filles. Mais aujourd’hui, c’est derrière nous. »