fbpx
Buzz
Partager sur

Pekin Express: Stéphane Rotenberg dévoile des règles OFF, non diffusées à l’écran !

Pekin Express: Stéphane Rotenberg dévoile des règles OFF, non diffusées à l’écran !

Dans une interview accordée à Melty, Stéphane Rotenberg a dévoilé des règles de Pekin Express, non diffusées à l’écran

Vous ne le saviez peut-être pas, mais Pekin Express regroupe énormément de règles. D’ailleurs, certaines d’entre elles ne sont pas annoncées durant les épisodes. Seuls les candidats les connaissent. Stéphane Rotenberg, animateur du programme, en a dévoilé certaines.

Pekin Express : des règles cachées ?

En réalité, ces règles sont tout de même connues, ou plus ou moins. En effet, Stéphane Rotenberg a par exemple expliqué que, lorsque des candidats de Pekin Express partent dans la direction opposée, le caméraman leur annonce leur erreur, une heure après : « Quand (les candidats) se trompent de chemin par exemple, et qu’ils partent à l’opposé de la bonne direction, ça nous pose un vrai problème logistique. Au bout d’une heure, le cameraman prévient les candidats. Une heure de retard, de toute façon, c’est irrattrapable ».

Autre règle, et pas des moindres, le fait que les candidats ne peuvent pas se déplacer deux fois avec le même véhicule : « Parfois, on a des locaux qui se prennent au jeu, et qui veulent suivre les candidats pour les aider, mais ce n’est pas possible ».

Pekin Express : des problèmes de logistique

Le tournage de Pekin Express s’avère souvent difficile, à cause des pays dans lesquels tourne la production. En effet, la plupart de ces pays sont soumis à des catastrophes naturelles, obligeant la production à revoir ses plans à chaque fois :

« Ça fait partie du tournage. Pékin Express, c’est une structure de prime qui se déplace tous les jours. Quand on est partis par exemple, il a fallu changer toutes nos cartes et tous nos plans, car on a réalisé qu’entre le moment où on avait fait nos repérages, et notre arrivée, trois typhons s’étaient abattus sur Bornéo. On passe des mois à construire un projet, en sachant pertinemment que des choses vont changer. C’est notre capacité à improviser qui fait tout le charme du programme. De toute façon, on se rend compte que plus on a de problèmes, plus ça marche éditorialement. »