fbpx
Buzz
Partager sur

Pekin Express: Stéphane Rotenberg balance son plus gros problème technique auquel il a dû faire face !

Pekin Express: Stéphane Rotenberg balance son plus gros problème technique auquel il a dû faire face !

Interrogé par Melty, Stéphane Rotenberg a raconté le plus gros problème technique qu’il avait rencontré sur le tournage de Pekin Express

Pekin Express est un tournage éprouvant. Autant pour les candidats que pour la production. Celle-ci doit être prête à faire face à des soucis techniques tout au long de l’aventure. D’ailleurs, Stéphane Rotenberg, animateur du programme, a indiqué quel avait été son plus gros souci technique auquel il avait dû faire face.

Pekin Express : le plus gros souci technique

En plusieurs années de tournage, Stéphane Rotenberg se souvient d’un gros souci technique sur le tournage de Pekin Express. Il se souvient que l’épreuve des pirogues avait été la plus désastreuse. Que ce soit au niveau des candidats, ou du matériel perdu :

« L’épreuve des piroques, pour être honnête, on ne savait pas du tout si ça allait marcher, et on ne pensait pas que les binômes seraient aussi mauvais ! Les candidats qui tombent à l’eau, c’est des micros qui partent à la poubelle, il faut tout changer. Ça arrive aux candidats, mais c’est aussi arrivé à un canoë de cameraman. Il a fallu prendre ma caméra pour remplacer la leur, qui était tombée à l’eau. C’est pour ça que dans le premier épisode, on voit très peu d’arrivées sur l’épreuve des canoës. Les gens en charge de la logistique technique nous maudissaient, parce que nos cameramen ne veulent pas travailler en caméra étanche. Ils nous avaient promis qu’ils ne tomberaient pas, mais finalement ça s’est fait ».

Pekin Express : les soucis du tournage

Autre souci auquel la production doit faire face : la météo. En effet, lorsque celle-ci part en reconnaissance pour faire des cartes pour les candidats, ces dernières peuvent parfois totalement changer. Comme l’a indiqué l’animateur de Pekin Express, des catastrophes naturelles peuvent parfois tout remettre en question :

« Ça fait partie du tournage. Pékin Express, c’est une structure de prime qui se déplace tous les jours. Quand on est partis par exemple, il a fallu changer toutes nos cartes et tous nos plans, car on a réalisé qu’entre le moment où on avait fait nos repérages, et notre arrivée, trois typhons s’étaient abattus sur Bornéo. On passe des mois à construire un projet, en sachant pertinemment que des choses vont changer. C’est notre capacité à improviser qui fait tout le charme du programme. De toute façon, on se rend compte que plus on a de problèmes, plus ça marche éditorialement ».