fbpx
Buzz
Partager sur

Moundir et les apprentis aventuriers: Elodie balance ce qu’elle pense de son coéquipier, Greg !

Moundir et les apprentis aventuriers: Elodie balance ce qu’elle pense de son coéquipier, Greg !
Partager
Partager sur Facebook

Interviewée par TV Mag, Elodie de Moundir et les apprentis aventuriers, a expliqué ce qu’elle pensait de son coéquipier Greg

Dans Moundir et les apprentis aventuriers, les candidats doivent vivre leur aventure en binome : un garçon et une fille. Elodie a décidé de choisir Greg en coéquipier. Quelques jours après le début de l’aventure, la jeune femme semble ne pas regretter son choix. Et d’après une interview accordée à TV Mag, même aujourd’hui elle semble heureuse d’avoir connu Greg.

Moundir et les apprentis aventuriers : Elodie ne connaissait pas Greg

Dans le milieu de la téléréalité, quasiment tous les candidats se connaissent. Et si Greg n’avait encore jamais fait de télé, il en connaissait certains à force de trainer avec son ami Julien. Elodie, elle, a expliqué à TV Mag qu’elle ne connaissait pas son coéquipier avant Moundir et les apprentis aventuriers : « C’était une belle rencontre, c’est quelqu’un qui a un fort caractère et qui est proche de son ami Julien. J’avais un peu peur qu’il soit dans le même registre de la séduction que lui. Mais l’aventure s’est bien passée, nous étions soudés. »

Elle ne connaissait pas non plus Moundir, l’animateur de l’émission : « Je n’ai pas vu ses participations à Koh-Lanta et je l’ai vraiment découvert durant le tournage. C’est quelqu’un d’extrêmement respectable que j’adore. Il a su nous remettre dans le droit chemin et être présent dans les moments difficiles. Il est formidable. »

Moundir et les apprentis aventuriers : la nouvelle vie d’Elodie

Elodie semble nostalgique d’être rentrée en France. Elle a beaucoup apprécié Moundir et les apprentis aventuriers et l’a fait savoir à TV Mag :

« Aujourd’hui encore, j’ai l’impression que je ne me suis pas remise de cette aventure. Je suis très nostalgique parce que ça m’a appris à vivre autrement, sans téléphone portable, sans ordinateur, sans véritable confort… Nos préoccupations étaient toutes simples, trouver à manger, faire du feu… Ça faisait du bien. »