fbpx
Buzz
Partager sur

Maeva Ghennam (Les Marseillais) hospitalisée à cause du gaz hilarant !

Maeva Ghennam (Les Marseillais) hospitalisée à cause du gaz hilarant !
Partager sur Facebook

Maeva Ghennam, la prochaine candidate des Marseillais Vs le Reste du Monde a été hospitalisée en urgence ! Elle a inspiré du gaz hilarant.

Encore une nouvelle victime du gaz hilarant ! Maeva Ghennam, la candidate des Marseillais a été hospitalisée en urgence. MCE TV vous raconte donc tout en détail !

Voilà maintenant quelques années que de plus en plus de jeunes s’amusent avec les gaz hilarants. Ils consomment alors du protoxyde d’azote.

Si bon nombre de personnes s’amusent dangereusement de la sorte, c’est parce que les cartouches de gaz sont vendues librement dans les grandes surfaces commerciales.

Elles servent alors à faire de la crème chantilly. Mais elles permettent aussi de nettoyer les claviers d’ordinateur grâce à un spray.

Les jeunes qui consomment du gaz hilarant rigolent à n’en plus finir pendant quelques secondes. Mais l’impact de ces cartouches est dévastateur pour la santé d’autrui.

Il provoque alors des paralysies, des sensations d’euphorie. Mais aussi des distorsions visuelles et auditives.

"<yoastmark

Maeva Ghennam prévient ses fans du danger des gaz hilarants

Maeva Ghennam pourra donc en témoigner. Elle a justement été hospitalisée à cause de cette fâcheuse tendance à en prendre.

Elle a donc passé un message important sur son compte Instagram. Maeva Ghennam souhaite donc les mettre en garde et prévenir ses fans du réel danger.

« Je veux dire aux gens de ne pas faire les ballons. J’en ai fait, j’ai fini à l’hôpital… Tout le monde a fait des ballons, et ce n’est pas bien, car ça vous fait un problème à la tête. »

« Je me suis retrouvée à l’hôpital à la raccompagner dans un état… J’ai eu la peur de ma vie. J’en faisais, car ce n’est pas de la drogue, c’est légal en France. »

Maeva Ghennam termine alors : « Ça m’avait paralysé tout un côté du visage, et depuis, je n’ai plus touché à un ballon de ma vie (…) Il a fallu que je fasse ce malaise, pour que j’arrête et que je comprenne que c’est dangereux. »