fbpx
Buzz
Partager sur

Le Mad Mag: Aurélie Van Daelen, menacée par Aymeric ?

Le Mad Mag: Aurélie Van Daelen, menacée par Aymeric ?
Partager
Partager sur Facebook

Dans la pyjama party de Jeremstar, Aurélie Van Daelen a vidé son sac au sujet du Mad Mag. Elle aurait même été menacée par Aymeric

Il y a plusieurs semaines, Jeremstar annonçait le départ d’Aurélie Van Daelen du Mad Mag. Quelques jours plus tard, la Belge confirmait l’information en postant un message sur Instagram. Beaucoup d’internautes ont assuré que la récente maman avait quitté le programme, parce qu’elle ne s’entendait pas avec Aymeric. Même si elle a longtemps démenti, elle l’a aujourd’hui avoué chez Jeremstar.

Le Mad Mag : Ayemric aurait menacé Aurélie Van Daelen

Aurélie Van Daelen ne s’entendait plus avec l’équipe du Mad Mag. La Belge a d’abord déclaré : « C’est très très dur d’aller bosser et de se dire qu’on va te prendre pour une conne. Parce que les autres ce sont des dieux et toi t’es qu’une petite merde. Il faut savoir qu’il y a eu des moments très très durs avec Aymeric.»

Avant de confier qu’Aymeric l’aurait menacée à plusieurs reprises : « Aymeric m’a quand même menacé. Il m’a envoyé des messages de menaces alors que j’étais chez moi. Il m’avait fait une vanne sur mon physique en direct, j’avais répondu sur Twitter. Il n’avait pas aimé ça alors il m’avait envoyé des messages de menaces. « Tu vas voir, la direction va trancher, tu vas perdre ton emploi, je vais aller les voir ! » Sur le coup, j’en ai pleuré. La direction a été au courant, ils ont dit que ce n’était pas grave et qu’il ne devait pas s’excuser. Tout ça c’est fake et tout ça je ne le supportais plus. »

Le Mad Mag : Aurélie Van Daelen parle de la mauvaise ambiance

La Belge en avait marre. Elle devait faire bonne figure sur le plateau du Mad Mag, alors qu’elle avait envie de tout foutre en l’air. Au bout d’un moment, elle ne se sentait même plus à sa place :

« En télévision, ils veulent toujours de la bonne humeur. Fallait vraiment qu’on soit tous souriants. Moi, on me demandait dans l’oreillette d’arrêter de faire la gueule et d’être contente (…) Il y a des moments, j’avais envie de foutre un coup de pied à cette caméra et me casser! Je n’en pouvais plus de cette ambiance, je ne la supportais plus. C’était trop trash. Je n’étais pas du tout à ma place, je détestais y aller. »