fbpx
Buzz
Partager sur

Loana: sa vie a basculé dans l’horreur à l’âge de 10 ans !

Loana: sa vie a basculé dans l’horreur à l’âge de 10 ans !
Partager
Partager sur Facebook

Dans une interview pour France-Dimanche, Loana est revenue sur son enfance très difficile, avec un père très violent et dangereux

Loana n’a pas eu une vie facile. En plus de son après Loft Story catastrophique, l’ancienne bimbo aurait eu une enfance très difficile. Elle a indiqué avoir eu un père très violent, voir horrible avec elle. Il frappait sa mère et a également levé la main sur elle certains jours. De plus, il l’aurait harcelée durant plusieurs années.

Loana parle de la violence de son père

C’est dans une interview pour France-Dimanche que Loana a balancé ces informations. Personne ne le savait mais son enfance n’était pas tout rose. Elle a indiqué : « Le manque d’argent et surtout le fait qu’il soit macho font qu’il ne supporte pas de ne plus être celui qui ramène les sous à la maison. Tombé dans l’alcool, il est alors devenu extrêmement violent. Avec maman d’abord. »

Avant d’ajouter : « Elle est venue me chercher à la sortie de l’école avec le nez cassé, la mâchoire fracturée et un traumatisme crânien. Elle pissait le sang. C’était atroce ! À partir de là, il a reporté toute sa haine et sa violence sur moi. Il me collait des baffes et me faisait répéter : “Plus tard, je serai une pute comme ma mère !” ».

Loana s’est enfuie

Ne supportant plus cette situation, Loana a pris la décision de se rebeller contre son père. En effet, un soir elle l’a frappé en retour et a eu très peur. Elle a donc décidé de fuguer et aller chez sa mère :

« À 16 ans, n’en pouvant plus, un soir, je me suis rebiffée contre lui et je l’ai frappé. Fou de rage, il est allé fumer une cigarette sur le balcon, et à l’œil noir qu’il me jetait, je savais qu’à son retour, c’était fini pour moi, j’étais morte. J’ai donc attendu qu’il tourne le regard quelques secondes et me suis enfuie. En plein mois de décembre, en chemise de nuit. J’ai alors enfourché mon scooter et parcouru à toute vitesse Grasse-Antibes pour aller me réfugier chez ma mère. »