fbpx
Buzz
Partager sur

LMLCvsMonde: Kim balance, « j’adore les fesses de Milla ! »

LMLCvsMonde: Kim balance, « j’adore les fesses de Milla ! »

Dans une interview pour Purebreak, Kim de LMLCvsMonde a confié qu’elle adorait les « fesses de Milla »

Kim a toujours fait parler pour son corps de déesse depuis sa première apparition dans une téléréalité. Aujourd’hui encore, alors qu’elle vient de débarquer dans LMLCvsMonde, la sudiste est pointée du doigt sur les réseaux sociaux. Jugée trop vulgaire par certaines, la danseuse n’hésite jamais à publier des clichés plus sexys les uns que les autres. Elle a récemment parlé de son corps, qui fait tant jaser, dans une interview pour Purebreak.

LMLCvsMonde : Kim et ses fesses

L’atout principal de Kim ? Ses fesses. En effet, l’arrière-train de la candidate de LMLCvsMonde fait tourner beaucoup de têtes dans les émissions comme sur les réseaux sociaux. Elle a parlé de cette partie de son corps, dans un entretien pour Purebeak :

« Je suis fière de mes fesses parce que pour l’instant elles sont naturelles. Je les bosse, mais par exemple, j’adore les fesses de Milla. Moi je suis toute petite de taille donc je ne me verrai pas avec des fesses aussi imposantes, mais dans le style j’aimerai bien. Avant d’y penser, je vais me faire un programme en sport pour les bosser à fond. Mais si je n’y arrive pas peut-être que j’envisagerai de me les faire refaire. On n’y est pas encore car déjà rien que d’en parler, j’ai peur. »

LMLCvsMonde : Kim et son image de bimbo

La candidate de LMLCvsMonde a toujours eu une image de bimbo. Elle le sait et cela ne la dérange pas plus que cela. Elle s’était confiée à ce sujet il y a quelques mois :

« J’ai cette image parce que je le veux bien, je mets des tenues qui font que et j’ai une façon de me comporter qui fait que. Après peut-être qu’en grandissant mon image de bimbo va évoluer et mon style aussi. Mais je me trouve moins bimbo qu’au début. Je rigole parce que ces gens, qui me critiquent, dès qu’ils me voient dans la rue, ils me lèchent les bottes. Ils ne comprennent pas qu’ils font vivre mon réseau. J’ai déjà fait le test : j’ai publié une photo de moi en bikini, je me suis fait attaquer. J’ai, mais je suis ravie d’occuper leur pensée. »