fbpx
Buzz
Partager sur

Les Princes de l’amour 4: Une candidate frôle la mort en Tunisie !

Les Princes de l'amour 4: Une candidate frôle la mort en Tunisie !

Choc ! Alors qu'elle s'était envolée vers la Tunisie, une ancienne prétendante des Princes de l'amour 4 a vécu un cauchemar.

Révélée dans Les Princes de l’amour 4, Johanne était venue séduire Brandon. Il y a quelques mois de cela, l’amie d’Elsa Dasc tentait de balayer ses complexes en se faisant opérer en Tunisie mais tout a viré au cauchemar. Explications.

Johanne, la candidate raconte son séjour cauchemardesque

Lors d’une interview accordée à BlastingNews, l’ancienne candidate des Princes de l’amour 4 a fait le récit de ce séjour qui aurait pu très mal finir:

« Je suis partie en Tunisie refaire de la chirurgie esthétique avec la société Med Tunis pour peaufiner le travail de ma première chirurgie en septembre, une liposuccion chez MedEspoir où tout s’était très bien passé. A la clinique Pasteur en Tunisie, je pensais que la chirurgienne avait fait un bon travail, mais dès le premier jour de l’opération j’ai senti quelque chose de bizarre… Mon pied était froid et je souffrais beaucoup. Ils m’ont dit que c’était normal, sauf que mon pied était beaucoup plus froid que le deuxième. (…) En rentrant à l’hôtel je suis me plaint à l’équipe médicale de grosses douleurs à la jambe gauche. Je leur ai également signalé que je ne sentais plus mon pied, que j’avais des crampes, et des douleurs insoutenables. Pareil, ils ne m’ont pas fait d’examens. »

Johanne, la candidate aurait pu mourir en Tunisie

Mais cela ne s’arrête pas là, elle poursuit:

« Je suis rentrée à Paris et déjà à l’aéroport j’ai failli m’évanouir de douleur ! A Paris, je suis allée voir le médecin en urgence qui m’a dit d’aller aux urgences faire un dopler. (…) Et là, en faisant le dopler artériel on m’a dit d’aller voir en urgence un chirurgien vasculaire. (…) j’ai dû être opérée d’urgence ! ​En Tunisie, en m’opérant, la chirurgienne m’a touché trois artères. De la graisse s’est installée dedans et ça les a bouché. A Paris, les chirurgiens m’ont dit : « On a jamais vu un cas comme ça ! On se demande comment elle a pu faire ? La dernière personne qui a eu ce problème on a dû l’amputer. Vous auriez pu mourir et on vous a laissé prendre l’avion comme ça ! »

Bon rétablissement à elle