fbpx
Buzz
Partager sur

Les Marseillais Asian Tour: Alix avoue, « Rafa était un pansement »

Les Marseillais Asian Tour: Alix avoue,
Partager
Partager sur Facebook

Alix est revenue sur les raisons de sa rupture avec Rafael après le tournage au cours d'une interview accordée à Télé-Loisirs.

Après avoir tenté de trouver chaussure à son pied dans les Princes et les Princesses de l’amour 2, Alix est finalement retournée dans les bras de son chéri Benjamin Samat. Pourtant, la jeune femme était repartie de Barcelone en couple avec Rafael. Au micro de Télé-Loisirs, elle a accepté de revenir sur la fin de leur histoire.

Alix se confie sur Rafael

Repartie en couple de LPDLA6, celle qui s’est réconciliée avec Elsa Dasc a parlé de Rafael. Ainsi, Alix a lâché:

« Je suis repartie avec Rafa alors que j’étais en plein date avec Connor. Quand il arrive dans la villa, je suis très gênée. Je suis embarrassée, car j’avais dit à l’Agence que je pensais beaucoup à lui. Je ne sais pas quoi faire, mais je décide de repartir avec lui. C’est quelqu’un de très bien. Je le porte dans mon estime. C’est un homme, un vrai, avec des valeurs et des principes »

Alix balance sur leur rupture

Mais alors, pourquoi cela n’a pas fonctionné ? Alix poursuit:

« Mais il me manquait le petit truc en plus. Je pense que Rafa était un pansement par rapport à mon histoire d’amour avec Benjamin. Avec Benji, on s’est quittés quelques jours avant le tournage des Princes. Je pensais que Rafa serait mon sauveur, mais j’avais beau être avec lui, passer de bons moments, je pensais toujours à Benjamin. Quand fin 2018, W9 m’a proposé de partir rejoindre Les Marseillais Asian Tour, j’ai prévenu Rafa que mon ex était là-bas. Je savais qu’une part de moi aimait encore Benjamin. Je ne savais pas comment cela allait se passer. Quand je suis arrivée en Thaïlande, j’ai pris mon téléphone et j’ai dit à Rafa que ça allait être compliqué (…) aujourd’hui, je suis heureuse et amoureuse ».

Souhaitons beaucoup de bonheur à celle qui va revenir dans les Marseillais Asian Tour.