fbpx
Buzz
Partager sur

L’amour est dans le pré: un ancien prétendant de Julie aurait trouvé l’amour !

L’amour est dans le pré: un ancien prétendant de Julie aurait trouvé l’amour !

Dans une interview pour Public, un prétendant de Julie de L’amour est dans le pré a indiqué qu’il avait trouvé l’amour depuis l’émission

Julie est une candidate de L’amour est dans le pré. Durant le speed-dating, elle a rencontré plusieurs hommes, dont Stéphane. Ce dernier n’est pas allé plus loin que le speed-dating. Mais depuis le tournage, et les plusieurs mois qui ont passé avant la diffusion, ce dernier aurait trouvé l’amour. C’est dans une interview pour Public qu’il a donné cette information.

L’amour est dans le pré : Stéphane a trouvé l’amour

Comme nous vous l’indiquions, si Stéphane n’a pas su séduire Julie dans L’amour est dans le pré, il a trouvé l’amour ailleurs. En effet, il a indiqué dans une interview pour Public. Il est en couple aujourd’hui : « J’ai rencontré l’amour avec un grand A, tout près de chez moi, grâce à Chrystelle, qui partage ma vie. »

Avant d’ajouter : « Pendant le speed-dating, enregistré en mars et diffusé la semaine dernière, la pression était de taille (…) lors de ma rencontre avec Julie, le feeling n’a pas opéré. C’est une femme qui sait ce qu’elle veut, déterminée et très agréable. Je garde un bon souvenir de cette aventure, qui m’a beaucoup apporté ! »

L’amour est dans le pré : Florence et Eric séparés

Si Stéphane a trouvé l’amour, un ancien couple de L’amour est dans le pré a, lui, annoncé une nouvelle plus triste. Eric et Florence, qui étaient ensemble depuis le programme, ont pris la décision de se séparer. Le premier a indiqué à Public : « Florence est partie. C’est moi qui le lui ai demandé, car je ne pouvais pas lui apporter l’amour qu’elle demandait. Ni la vie qu’elle attendait. Je ne l’aimais pas autant qu’elle m’aimait… Et je ne voulais pas faire semblant. Je suis un homme réglo. Elle n’avait pas envie de partir, mais au final elle a compris ma décision. »

Avant de conclure : « Le quotidien est très difficile. Certains mois, on vit comme des clodos, en-dessous du seuil de pauvreté. Et on n’a pas de vacances. Avec Florence, on a fait une bonne première année, mais après ça s’est compliqué. Ce n’était pas une vie pour elle qui était habituée à avoir une paie à chaque fin de mois. »