Buzz
Partager sur

La Villa des cœurs brisés 4: Loana, « Le monde de la télé-réalité est devenu dangereux »

La Villa des coeurs brisés 4: Loana,
Partager
Partager sur Facebook

Révélée dans le Loft Story, Loana a bien vu l'évolution de la télé-réalité comme elle l'a révélé au micro de nos confrères de Toutelatélé.

Comment évoquer la télé-réalité française sans parler de l’emblématique Loana ? Devenue la maman de ce milieu, celle qui a partagé une photo d’elle enfant a fait son retour en force dans les épisodes de La Villa des coeurs brisés 4. Mais qu’est-ce qui a changé ? La blonde a donné son avis au cours d’une interview accordée à Toutelatélé.

La télé-réalité serait devenue dangereuse selon Loana

Si elle a pu voir l’évolution de ces programmes, Loana a tenu à mettre les gens en garde. Ainsi, celle qui aurait un nouvel homme dans sa vie a lâché:

« Entre Loft Story et les émissions d’aujourd’hui, c’est deux mondes différents. Les candidats utilisent les réseaux sociaux, chose que nous on ne faisait pas. À travers le Loft, on a expérimenté un jeu. Quand les téléspectateurs nous regardaient nous amuser, on était réellement des jeunes de vingt ans qui font des bêtises toutes simples. Maintenant, le monde de la télé-réalité est devenu dangereux par rapport à ceux qui le font et le regardent. Il n’y a pas de barrière. On est sans cesse dans une surenchère : « Je suis le plus sexy, je suis le plus si et le plus ça ». À côté ce qu’on peut voir aujourd’hui, Loft Story était enfantin. On dirait le monde des bisounours alors que maintenant la télé-réalité ressemble plus à un monde de requin. Ce n’est pas plus mauvais, mais l’évolution de la télé est un peu étrange. Il faut s’y faire et je pense que ça va continuer… »

Loana donne son avis sur les nouveaux candidats

Mais la belle blonde ne s’est pas arrêtée là. Loana poursuit:

« Si on arrive avec un string ficelle en disant les pires bêtises du monde, ce n’est pas pour autant qu’on arrive à se faire remarquer. Alors que si on montre un peu de sentiment réel et que l’on n’est pas là pour faire du trash, on peut se démarquer. Ils veulent tous faire dans le trash, le vulgaire et le buzz que c’est celui qui ne le fait pas qui va être remarqué ».

Au moins, c’est dit !