fbpx
Buzz
Partager sur

Koh-Lanta: Victor reconnaît, « j’ai besoin de reconnaissance »!

Koh-Lanta: Victor reconnaît, « j’ai besoin de reconnaissance »!

Victor a été critiqué pour son côté vantard. Le candidat de Koh-Lanta a indiqué dans un entretien pour Télé-Loisirs, pourquoi il agissait de la sorte

Le comportement de Victor n’a échappé a aucun fan de Koh-Lanta durant le premier épisode. L’alsacien est très agaçant. Dégageant un constant besoin de se faire complimenter et se mettre en avant. Malheureusement pour lui, ce comportement semble également avoir agacé ses coéquipiers, qui ont décidé de l’éliminer. Quelques mois après le tournage, le jeune homme est revenu sur son comportement dans l’émission. Au micro de Télé-Loisirs, il a expliqué pourquoi il agissait de la sorte.

Koh-Lanta: pourquoi Victor se met en avant

Victor est conscient que son tempérament peut agacer. Mais le candidat de Koh-Lanta ne peut pas faire autrement. C’est en tout cas ce qu’il a tenté d’expliquer au micro de Télé-Loisirs. L’alsacien a avoué qu’il avait besoin de prouver sa valeur: « C’est vrai que j’ai ce besoin de reconnaissance, de prouver ma valeur, d’essayer de faire beaucoup de choses… Et ça agace. D’autant plus que je le fais avec beaucoup d’assurance. Après, comme tout le monde, j’ai mes faiblesses. Et c’est celles qu’on voit pendant le conseil. »

Avant d’indiquer si son aventure dans le programme de survie lui avait permis de changer sa personnalité: « Dire que Koh-Lanta a changé ma manière d’être tous les jours, c’est un grand mot. D’autant plus que j’ai vraiment vu cette émission comme un jeu. Pas comme l’aventure d’une vie. Je me suis vraiment beaucoup amusé. Mais je n’en ai pas fait un élément central de ma vie. Ça ne m’a donc pas changé à proprement parler. »

pourquoi Victor a-t-il pleuré?

Autre question à laquelle Victor a répondu: ses larmes durant le conseil, quelques minutes avant son élimination. Le candidat de Koh-Lanta a expliqué pourquoi il avait versé quelques gouttes:

 « Quand on arrive au conseil, j’ai une petite présomption sur l’issue qui va m’être défavorable. Si j’ai fondu en larmes, c’est parce que ça m’a rappelé des choses de ma vie, notamment professionnelle, où – alors que je suis « celui qui en fait le plus », en tout cas c’est le sentiment que j’ai – parce que mon caractère, parce que mes affinités, je finis quand même par être évincé. Ce qui, je trouve, est particulièrement injuste. A ce moment-là, je ne me doutais pas que l’aventure me réservait encore quelques surprises. »