fbpx
Buzz
Partager sur

Koh-Lanta: Sabine confie, « mes filles rêvaient de me voir participer à l’émission » !

Koh-Lanta: Sabine confie, « mes filles rêvaient de me voir participer à l’émission » !

Dans une interview accordée à TV Mag, Sabine de Koh-Lanta a déclaré que ses filles rêvaient qu’elle parte dans le programme pour jouer la survivante

Après Dylan, Sabine a été la deuxième candidate a être éliminée de Koh-Lanta. L’aventurière n’a donc pu rester que quelques jours dans l’émission qu’elle rêvait de faire pour ses filles. En effet, elle a indiqué dans une interview pour TV Mag, qu’elle et ses filles étaient des fans du programme.

Koh-Lanta : Sabine et ses filles, fans de l’émission

Cela fait de très nombreuses années désormais que Koh-Lanta existe. Et malgré toutes ces années, l’émission passionne toujours autant. Sabine était déjà une grande fan, mais ses filles également. C’est d’ailleurs pour elles qu’elle a souhaité participer : « Parce que nous sommes toutes fans de l’émission. Ces derniers temps, j’avais intensifié mes entraînements de sport et elles pensaient, à juste titre, que des quinquagénaires avec mon profil ne devaient pas être si fréquents. Je pratique la boxe française et j’ai une bonne hygiène de vie. J’ai hérité de bons gènes de mes parents et j’ai toujours évolué dans un contexte familial de sportifs. Je dis toujours que le sport, c’est mon remède pour aller bien et je ne pourrais pas vivre sans. »

Avant d’ajouter : « Elles étaient contentes de mes performances lors des épreuves, même si elles ont regretté mon erreur. Elles me connaissent et ont facilement compris que je n’avais pas beaucoup d’échanges avec mes coéquipiers. Avant même la diffusion sur TF1, elles avaient été déçues de me voir rentrer aussi rapidement du Cambodge. Elles me voyaient aller beaucoup plus loin. »

Koh-Lanta : l’erreur de Sabine

Ce qui a coûté l’élimination de Sabine ? Certainement son erreur durant l’épreuve d’immunité. En effet, elle a fait perdre son clan à Koh-Lanta et cela a entraîné sa chute :

« Sur le moment, je n’ai pas eu conscience de faire une erreur, c’était dans la précipitation. En plus, c’était aussi compliqué de passer au-dessus de l’obstacle, ce qu’il fallait faire, qu’en-dessous. Je n’ai rien gagné à faire ça. Mais j’ai compris, au moment du discours de Denis (Brogniart), que j’avais dû faire une grosse bêtise. Je n’ai pas l’habitude d’évoluer en équipe dans le sport, je pratique une discipline individuelle et j’ai compris que mon erreur allait avoir un impact sur tout le monde. »