fbpx
Buzz
Partager sur

Koh-Lanta: Frédéric dévoile l’ambiance qui régnait sur le camp des Bleus!

Koh-Lanta: Frédéric dévoile l’ambiance qui régnait sur le camp des Bleus!
Partager
Partager sur Facebook

Dans un entretien pour Purepeople, le candidat de Koh-Lanta est revenu sur l’ambiance qui régnait sur le campement des Bleus

Depuis que le programme Koh-Lanta existe, les fans savent que les tensions sont souvent présentes entre les candidats du programme. Il est vrai que vivre avec des inconnus pendant plusieurs jours peut s’avérer difficile. D’autant plus lorsqu’on a rien dans le ventre et qu’il faut survivre. Toutefois, cette saison, il semblerait que une bonne ambiance règne dans les tribus. Notamment chez les Bleus. Frédéric, candidat récemment éliminé du programme, a indiqué si cela était vrai ou non dans une interview pour Purepeople:

 « Malgré tout, il y avait une bonne ambiance. La plupart du temps, on ne s’engueulait pas. Je me suis bien entendu avec Brice, Mohamed et Cindy évidemment. Après, ça devenait plus tendu quand on parlait stratégie ou que quelqu’un allait chercher le collier. Il n’y avait pas du tout l’envie de parler ensemble de l’après. »

Koh-Lanta: Frédéric en veut à Maxime

En revanche, même si l’ambiance était bon enfant sur le campement des Bleus, pas sûr que Frédéric garde de bonnes relations avec Maxime. En effet, le fait que ce dernier décide de l’éliminer après la réunification de Koh-Lanta, l’a beaucoup affecté. Malgré tout, le Belge ne lui en veut pas. Ou plutôt, il ne peut pas être déçu de lui car il n’attendait rien de sa personne.

C’est ce qu’a déclaré le candidat de Koh-Lanta: « On ne peut pas être déçu d’une personne dont on n’attend rien, ça me paraissait logique. Il était un peu comme un gourou dans l’équipe des Bleus et je n’étais pas en admiration devant lui, je ne faisais pas partie de ses disciples. C’est un personnage qui a des valeurs, qui a une force, des capacités sur les épreuves mais je ne suis pas un fan de Maxime. Même si c’est quelqu’un que j’apprécie dans la vie de tous les jours. Le souci, c’est qu’il n’assume pas ce qu’il fait. »