fbpx
Buzz
Partager sur

Koh-Lanta Fidji: Thomas balance, « je n’accepte pas le fait d’avoir abandonné » !

Koh-Lanta Fidji: Thomas balance, « je n’accepte pas le fait d’avoir abandonné » !

Interrogé par Télé-Loisirs, Thomas s’est confié sur son abandon dans Koh-Lanta Fidji. Un coup dur qu’il n’ait toujours pas parvenu à digérer

C’est un épisode très compliqué pour les fans des jaunes et de Thomas dans Koh-Lanta Fidji. En effet, le jeune homme a dû abandonner le jeu après s’être perforé un tympan. Cette blessure l’empêchait de participer aux épreuves aquatiques et d’être à 100 pour cent de ses moyens. C’est donc en toute logique qu’il a dû quitter l’aventure. Malgré tout, Thomas n’a toujours pas digéré cette décision.

Koh-Lanta Fidji : Thomas n’a toujours pas accepté son abandon

S’entraîner durant de longs mois, se préparer psychologiquement, pour finalement abandonner. Voilà comment nous pouvons résumer l’aventure de Thomas. Le candidat de Koh-Lanta Fidji a malheureusement dû abandonner le jeu contre son gré. Il a expliqué : « J’étais très motivé pour aller loin. Mais ce « choc des générations », je savais que ça serait compliqué pour moi. Dans le sens où j’ai une hygiène de vie avec mon sport qui se rapproche un peu plus de celle d’une personne plus âgée. »

Avant d’avouer qu’il n’avait toujours pas accepté cette décision : « Je ne l’accepte toujours pas. Surtout que je suis parti au moment où je me sentais le mieux. J’avais pris mes marques et appris à connaître les personnes. J’ai encore du mal à dormir aujourd’hui à cause de ça. »

Koh-Lanta Fidji : Thomas s’est rapidement remis

En rentrant en France, Thomas s’est facilement remis de sa blessure. Mais il reconnaît que s’il était resté dans Koh-Lanta Fidji, il aurait mis beaucoup plus de temps :

« Non. C’est le genre de blessure qui doit se soigner dans un environnement propre. Sur l’île, il y avait trop de risques d’infections. Ce n’était pas grave, mais ça aurait pu le devenir. Si ça ne dépendait pas de moi, comme je ne souffrais pas, j’aurais continué. La production a préféré anticiper. »