fbpx
Buzz
Partager sur

Jesta (Koh-Lanta) maman: « Benoît a mal vécu l’accouchement » !

Jesta (Koh-Lanta) maman:
Partager
Partager sur Facebook

Sur son compte Snapchat, Jesta (Koh-Lanta) a expliqué son accouchement. Et selon la jeune femme, "Benoit aurait mal vécu" ce moment !

Il y a quelques jours, Jesta (Koh-Lanta) et Benoit ont accueilli leur petit garçon Juliann. Tout au long de ses mois, elle avait partagé des moments de sa grossesse avec ses abonnés. Et c’est tout naturellement qu’elle a raconté le jour de l’accouchement sur son compte Snapchat. Le samedi 20 juillet, elle a confié dans un premier temps que les médecins avaient décidé de la déclencher car elle était déjà à J+5.

Pour se faire, Jesta ((Koh-Lanta) a aussi choisi l’option médicamenteuse. Toutes les deux heures elle a dû avaler un médicament pour déclencher ses contractions. Jesta a alors confié : « Très rapidement, j’ai commencé à perdre beaucoup de sang. On me dit que le col est en train de se modifier et que c’est normal. Je souffrais, mais j’étais tellement heureuse ! Au début du monitoring j’ai vomi, vomi, vomi ! ».

La belle a alors pris un bain pour se décontracter, et pour attendre la péridurale. « C’est là que le plus dur de mon accouchement s’est produit. J’étais ouverte à 4 et le temps d’aller de ma chambre au bloc, je suis passée à 9… sans péridurale, en l’espace de dix minutes. Et là, ça faisait mal, contraction sur contraction, je n’avais pas le temps de reprendre mon souffle entre chaque » raconte Jesta.

Jesta (Koh-Lanta) se confie aussi sur son accouchement

Jesta (Koh-Lanta) a aussi ajouté avec beaucoup d’émotion : « Ce qui fait qu’ils ont mis une heure à me poser la péridurale. Honnêtement, j’étais possédée,. J’étais une autre personne, je ne me reconnaissais pas. Je sais que Benoît a mal vécu ce moment-là. Il a mal vécu l’accouchement tout court . Me voir devenir folle, être une autre personne et être impuissant... ».

Une fois la péridurale effectuée, la candidate de télé-réalité a aussi ajouté : « Sauf que je ne sens pas que ça fait effet. Et là ils me disent qu’il faut aussi serrer les fesses, retarder au maximum, car on voyait déjà les cheveux du bébé ! Très honnêtement, c’était la meilleure chose qui pouvait m’arriver à ce moment précis. J’allais beaucoup mieux ! J’étais aussi sur un petit nuage, j’avais limite déjà oublié ce que je venais de vivre ».