fbpx
Buzz
Partager sur

Jessica Thivenin pas prête à avoir un second enfant « on sort juste la tête de l’eau » !

Sur les réseaux sociaux, Jessica Thivenin a déclaré qu'elle n'était pas encore prête à avoir un deuxième enfant !

Jessica Thivenin n’est pas encore prête à donner un petit frère ou soeur au petit Maylone. Elle s’est donc confiée sur les réseaux sociaux ! MCE TV vous raconte donc tout en détail !

Comme le temps passe vite ! Le petit Maylone a déjà plus d’un an ! Il sait désormais manger seul, marcher, rire, parler son langage de bébé… 

Chose qui rend ses parents très heureux ! Jessica Thivenin et Thibault ont beaucoup souffert depuis la naissance du bébé !

Eh oui souvenez-vous, le petit bout de chou a eu plusieurs problèmes de santé. À tel point qu‘il a subi des opérations chirurgicales. 

Une coup dur qu’ils n’oublieront jamais. Mais fort heureusement, le petit bébé va très bien aujourd’hui. Il grandit donc très vite, et très bien.

Il a déjà son petit caractère ! Alors en le voyant évoluer à une vitesse fulgurante, les internautes se demandent si Jessica Thivenin serait prête à accueillir un nouvel enfant.

Jessica Thivenin pas prête à avoir un second enfant "on sort juste la tête de l'eau" !

Jessica Thivenin : « on vient juste de sortir la tête de l’eau »

Pour le moment, Jessica Thivenin est catégorique, la réponse est non ! Elle s’est donc confiée sur son compte Snapchat : « hier on me demandait quand est-ce que je referais un deuxième enfant… » 

« J’ai dit non pas tout de suite parce qu’on vient juste de sortir la tête de l’eau. Genre c’est juste maintenant qu’on kiffe. Parce qu’il y a eu les problèmes de mon fils, le confinement, le tournage l’été… »

Jessica Thivenin poursuit alors : « Après j’ai refait mes fesses. Donc je kiffe seulement maintenant. Je me sens bien, je suis heureuse. On sort juste la tête de l’eau, ça va mieux. Tout va bien, mon fils est en forme, il a donc un an. J’ai moins peur ».

« Donc voilà, personne peut nous reprocher de sortir et de kiffer un peu. Avec toutes les galères qu’on a vécu, non. »