fbpx
Buzz
Partager sur

Jazz (JLC Family) craque: « Parfois j’ai envie de tout arrêter » !

Jazz (JLC Family) choquée:
Partager
Partager sur Facebook

Sur son compte Snapchat, Jazz (JLC Family) a clairement craqué. La jeune femme a confié que parfois elle avait "envie de tout arrêter" !

Depuis quelques jours, les internautes ont décidé de s’attaquer à Jazz (JLC Family). Plusieurs de ces derniers d’utiliser ses dames de maison comme des esclaves. Et cette nouvelle attaque a eu le don d’énerver la jeune femme. Si elle répond rarement à ce genre de rumeur, cette fois-ci, elle a pris la parole. Sur son compte Snapchat, elle a aussi balancé le comportement de « fou«  des internautes qui l’accusent de ça. Et pour montrer que non, elle ne sont pas des esclaves, Jazz (JLC Family) a dû se justifier.

Dans un premier temps, elle a expliqué que ces femmes étaient comme chez elles. Elle a aussi présenté leurs chambres en appuyant sur le fait qu’elles avaient de grands lits et une télé. Mais ce n’est pas tout. La maman a continué à faire le tour de sa maman en expliquant qu’elles avaient aussi leur propre frigo. Devant se justifier face à autant de méchanceté, elle a aconfié avoir acheté des iPhone à ses nounous, leur donner des vêtements, des chaussures, leur payer des uber. Et les payer 3 fois plus qu’une nounou à Dubaï.

Jazz (JLC Family) envisage parfois d’arrêter la télé réalité

Autre point, elle a expliqué avoir aussi payé leur visa coûtant 4 000 euros. Très peinée par ces accusations, Jazz (JLC Family) a révélé sur son compte Snapchat : « Il y a des jours où j’ai envie de tout arrêter. Je dis à mon mari ‘J’ai envie de tout arrêter. J’ai envie d’arrêter d’être connue. Et j’ai envie d’arrêter les réseaux sociaux‘. Et après je me dis non. C’est pas juste parce qu’il y a aussi énormément de gens qui adorent la JLC Family. Enormément de gens qui nous suivent ».

Jazz a aussi conclu : « Comme vous savez, il y a la saison 2 qui va avoir lieu. Trop de trucs. Donc je me dis ‘non je n’ai pas le doit d’abandonner ce que j’aime’. J’aime mon métier. J’aime que vous nous aimiez. Mais c’est vrai que j’ai du mal avec ces critiques et ces méchancetés gratuites en fait ».