fbpx
Buzz
Partager sur

La Villa des cœurs brisés 3: Raphael, « je n’ai jamais eu confiance aux femmes » (EXCLU)

Séparé depuis quelques semaines au moment de la Villa des cœurs brisés 3, Raphael est venu pour régler sa problématique.

Révélé dans l’île des vérités 3, Raphael Pépin est devenu l’un des candidats de télé-réalité emblématiques. Après avoir eu plusieurs relations avec des femmes du milieu notamment Coralie Porrovecchio avec qui il a vécu une rupture douloureuse, le jeune homme a décidé de participer à la Villa des cœurs brisés 3 pour s’en remettre grâce à l’aide de Lucie la love-coach.

Raphael revient sur sa problématique

Lors d’une interview exclusive accordée à MCE, Raphael a donné des détails sur sa problématique amoureuse. Il explique alors:

« Je n’ai jamais eu confiance aux femmes parce que je sais comment vous êtes. Pour moi la Villa, ce n’est pas un programme de romance. La Villa c’est pour régler une problématique. Quand je suis arrivé, je l’ai dit tout de suite: je ne suis pas un coeur à prendre (…) Je suis un coeur brisé et je suis venu régler ma problématique ».

Raphael guéri par Lucie ?

Si certains candidats comme Quentin ou Rémi Notta ont rapidement quitté Saint-Martin, le meilleur ami de Vincent Queijo a-t-il réussi à résoudre la raison de sa venue ? Il répond:

« Cela a été différent de tous les autres candidats. Je ne suis pas un garçon qui s’ouvre comme ça et à n’importe qui et n’importe comment. Je suis un garçon qui a pas mal de problématique mais celle qu j’ai eu, j’ai énormément avancé. Lucie m’a appris à beaucoup de choses. C’est vraiment la maman ».

Pour le moment, le jeune homme ne compte pas arrêter la télé-réalité de sitôt puisqu’il arrive à allier « sa double vie » comme celle qu’il mène à la télé-réalité et sa vie hors caméras. Selon lui, son départ pour les Vacances des Anges 2: bienvenue chez les Grecs est la finalité de son aventure pour tourner la page. Même s’il n’a pas récupéré son ex, il est heureux du fin mot de l’histoire. Aujourd’hui, il est heureux et comblé…Pourvu que cela dure !