fbpx
Buzz
Partager sur

Alexia Laroche-Joubert balance, « la téléréalité va durer encore longtemps ! »

Alexia Laroche-Joubert balance, « la téléréalité va durer encore longtemps ! »

Dans un entretien accordé au site Télé-Loisirs, Alexia Laroche-Joubert a expliqué que la téléréalité devrait durer encore longtemps

Voici une déclaration qui devrait faire hérisser les poils d’Enora Malagré et de tous ceux qui détestent la téléréalité. En effet, interviewée par Télé-Loisirs, Alexia-Laroche Joubert a expliqué que la téléréalité devrait encore durer plusieurs années.

La téléréalité a encore de l’avenir selon Alexia Laroche-Joubert

Certains pensaient qu’après quelques saisons de Secret Story, la téléréalité était arrivée à sa fin. Pourtant Alexia Laroche-Joubert a assuré que la téléréalité avait un avenir tout tracé. Les détracteurs de ces programmes vont certainement être déçus en découvrant les propos de la productrice à Télé-Loisirs :

« Au contraire ! Pour moi, la télé-réalité est devenue le nouveau soap de la télé. Et le genre a déteint sur toute la télé. Quand on regarde Baby boom, ils ont emprunté à Loft Story le concept des caméras fixes, l’enregistrement 24h sur 24… Ce qui veut dire que même dans des docs et des magazines, on assiste à une nouvelle manière d’écrire les programmes. Dans Une saison au zoo, par exemple, on travaille de manière totalement différente du documentaire d’avant. Je me suis inspirée de la télé-réalité parce qu’on fait une émission à travers ceux qui la vivent. Il y a une véritable évolution. On pourrait même dire une révolution ! »

Alexia Laroche-Joubert parle de la Star Academy

Le meilleur souvenir d’Alexia Laroche-Joubert dans la téléréalité ? la Star Academy. La productrice a expliqué à Télé-Loisirs :

Ca a été une grande histoire d’amour pour moi. J’en ai été la productrice artistique pendant sept ans et on m’a donné l’occasion de travailler avec des moyens qui n’existent plus à la télé. Non seulement en terme de présence à l’antenne, avec des quotidiennes et des prime spectaculaires, mais aussi en terme de budget. Nous pouvions nous permettre une qualité de production incroyable, avec des danseurs, des stars internationales toutes les semaines, un public de 2000 personnes, un grand plateau… D’ailleurs, c’est le même plateau qui sert aujourd’hui à The Voice. »