fbpx
Buzz
Partager sur

A l’état sauvage: Christophe Dechavanne indique, « j’ai perdu 4 à 5 kilos et j’ai été malade » !

A l'état sauvage: Christophe Dechavanne indique, « j’ai perdu 4 à 5 kilos et j’ai été malade » !
Partager
Partager sur Facebook

Dans plusieurs interviewes, Christophe Dechavanne a raconté son aventure dans A l’état Sauvage. L’animateur a indiqué avoir perdu beaucoup de poids

Après Laure Manaudou, M.Pokora et Michael Youn, c’est Christophe Dechavanne qui a accepté le défi de Mike Horn en participant à A l’état sauvage. L’animateur de The Wall a accordé plusieurs interviewes pour parler de son aventure. Dans celles-ci, il a indiqué avoir perdu plusieurs kilos et être tombé malade durant la survie.

A l’état sauvage : une aventure difficile pour Christophe Dechavanne

Christophe Dechavanne et Mike Horn sont partis à l’aventure au Venezuela en Amérique du Sud. Au programme de cet épisode de A L’était sauvage, descente en rappel sur une falaise de 200 mètres, construction de radeau, et marche de 45 kilomètres. Des jours très difficiles à supporter pour l’animateur qui a avoué s’être entraîné avant de partir, dans les colonnes du Parisien :

« J’ai fait tout mon entraînement physique à Montmartre. (…) Je me suis tapé tous les escaliers du quartier en montant les marches soit deux par deux. Parfois même trois par trois. (…) Si je n’avais pas fait tout ça avant de partir, je ne pense pas que j’aurais pu suivre. »

A l’état sauvage : des kilos en moins et les nerfs à vifs

En plus de la difficulté physique de l’aventure, Christophe Dechavanne a été malade quelques jours. La cause ? l’eau qu’il buvait : « J’ai perdu 4-5 kilos. Je buvais 7 litres d’eau et je n’urinais pas de la journée. J’ai été malade à cause de l’eau que nous buvions »

Dans un entretien accordé à Télé-Loisirs, cette fois, l’animateur a indiqué qu’il avait aussi pleuré de joie après avoir participé à A l’état sauvage : « J’en ai pleuré en arrivant, ému de voir ce que j’avais accompli. Il y a un moment où je suis tenu par un homme mais s’il lui arrive un drame, nous serons deux… Je ne m’étais pas préparé psychologiquement, c’est épuisant. »