Buzz
Partager sur

Serena Williams en larmes: elle est consolée par son adversaire !

Serena Williams en larmes elle est consolée par son adversaire !
Partager
Partager sur Facebook

Serena Williams abandonne face à la jeune canadienne Bianca Andreescu âgée de 19 ans. La joueuse américaine n'a pas pu contenir ses larmes.

Serena Williams est une joueuse qui connaît ses limites physiques. Lors de la finale du grand tournoi de Toronto, le 11 août 2019, elle les atteint. Alors elle décide d’abandonner le match face à la jeune joueuse canadienne Bianca Andreescu. Prise par ses émotions, la joueuse américaine fond en larmes sur le terrain. Ce qui émeut beaucoup son adversaire.

Elle avait toutes les chances de son côté pour remporter le match. Mais le sort en a décidé autrement. Serena Williams est contrainte d’abandonner contre son gré cette finale qui la tenait tant à coeur. À 37 ans, cette femme de caractère a tout d’une battante. Pourtant, ce 11 août 2019, ses capacités n’ont pas été à la hauteur de ses attentes. Une blessure au dos l’empêchait d’utiliser son plein potentiel. La joueuse américaine abandonne au bout de 4 jeux à peine. Alors qu’elle menait 3-1. 

Serena Williams : une joueuse d’exception

La veille, après sa victoire en demi-finale contre la Tchèque Marie Bouzková, Serena Williams ressentait déjà des douleurs de dos. Face a des douleurs trop intenses le lendemain, elle déclare les yeux gorgés de larmes au juge-arbitre : « Oh mon Dieu, je suis désolée, mais je ne peux plus continuer à jouer aujourd’hui. » « Bianca, tu es une grande sportive« , ajoute-t-elle aussi à la canadienne Bianca Andreescu.

Son adversaire, très émue par les larmes de Serena Williams, tente tant bien que mal de la consoler. « Serena, tu me fais pleurer aussi. Je sais ce que c’est que d’être contrainte d’abandonner un tournoi et d’être blessée. Mais tu es une vraie grande championne sur et en dehors des courts.« 

En conférence de presse, la joueuse américaine de 37 fait volte face. Et se confie à coeur ouvert sur son abandon si douloureux. « Je connais mon corps. J’ai joué beaucoup de matches vraiment blessée mais c’est différent. C’est difficile pour moi de servir. Je pouvais bouger mais j’ai besoin du haut de mon corps. Mon bas du corps allait bien mais je ne pouvais rien faire avec le haut. J’ai eu tellement de traitements avant, des heures et des heures de traitement, je savais que je ne pouvais pas continuer.«