Buzz
Partager sur

Rio 2016: un athlète sous la bannière des réfugiés remporte la médaille d’or

Rio 2016: un athlète sous la bannière des réfugiés remporte la médaille d’or
Partage
Partager sur Facebook

La bannière olympique va flotter en haut d'un podium à Rio 2016. Celle-ci est pour le Koweitien Fehaid Aldeehani. Il concourt avec les réfugiés dans cette délégation... un peu particulière !

Il s’appelle Fehaid Aldeehani et il est de nationalité Koweitienne. Son pays n’étant pas affilié au CIO, il ne peut donc pas concourir sous les couleurs de son pays et l’homme est obligé de se présenter sous la bannière olympique, celle de la délégation des réfugiés. S’il a déjà défilé dans le stade lors de la cérémonie d’ouverture, marquant ainsi l’histoire des JO de Rio 2016, l’homme est encore un peu plus devenu une légende en étant le premier athlète à décrocher la médaille d’or dans cette délégation un peu particulière. L’homme a remporté la compétition du double trap, un sport de fusil, où il a devancé l’italien Marco Innocenti. Si l’exploit est si grand, c’est que cette délégation était encore vierge de médailles et les conditions d’entraînements de ces athlètes sont généralement précaires, ce qui les empêchent d’atteindre le plus haut niveau.

Une délégation de réfugié à Rio 2016

La délégation des réfugiés qui court sous la bannière olympique est composée de quarante-trois athlètes. C’est la première fois qu’une délégation est représentée par des réfugiés lors des JO de Rio 2016. Le CIO a souhaité mettre en avant ces athlètes pour leur amour le partage du sport qu’il véhicule afin d’envoyer « un message d’espoir à tous les réfugiés de la planète, et permettre au monde de mieux se rendre compte de l’ampleur de cette crise », selon Thomas Bach, le président. La création de cette équipe a été faite dans un seul but: « ces athlètes n’ont ni maison, ni équipe, ni drapeau, ni hymne. Notre but est de leur donner un foyer en compagnie des autres athlètes, le drapeau olympique les mènera vers le stade olympique », avait alors déclaré le président du CIO lors d’une interview au Monde le 3 août dernier.

Un délégation médiatique et symbolique

Parmi les représentants les plus médiatiques, on retrouve la Syrienne Yusra Mardini. La jeune femme avait traversé la mer Egée dans une embarcation de fortune avec sa soeur pour rejoindre l’île grecque de Lesbos. Mais le véhicule étant tombé en panne, elle s’était jetée à l’eau afin de rallier la côte à la nage. La jeune fille a donc pu nager sa série du 100m papillon le 8 août dernier et l’a remporté avec les honneurs. Malgré tout, son temps ne lui a pas permis de se qualifier pour la suite de la compétition des JO de Rio 2016.

Crédit photo: Reuters